Nouvelles

  • Alexis Guimond à 12 centièmes d'une médaille

    La médaille paralympique autour du cou d’Alexis Guimond se fait encore attendre. Le skieur a à nouveau pris le quatrième rang aux Jeux de Pyeongchang, dimanche, cette fois au super-G.

    Le Québécois a inscrit un chrono de 1 min 28,01 s, pour terminer à seulement 12 centièmes de seconde du médaillé de bronze, l’Autrichien Markus Salcher. Le Suisse Theo Gmur (1 min 24,83 s) a été sacré champion paralympique tandis que le Français Arthur Bauchet (1 min 26,64 s) a ravi la médaille d’argent.

    « Au début du parcours, il y a un endroit où mon ski n’a pas été comme il aurait dû », a indiqué le Gatinois qui avait aussi fini quatrième de la descente samedi.

    « C’est très frustrant. Hier (samedi) j’avais fait une bonne course, mais j’ai fait des erreurs qui m’ont coûté cher. Aujourd’hui (dimanche), c’est la fatigue qui m’a frappé. Je n’ai pas pu mettre les bouchées doubles. »

    L’ingrate quatrième place vient avec son lot de doutes, mais Alexis Guimond tente de garder confiance que tout peut arriver d’ici la fin des Jeux paralympiques si tous les éléments sont en place.

    « Tu es tellement proche, mais tellement loin en même temps. Les Jeux paralympiques c’est seulement une fois aux quatre ans, tu attends longtemps pour ce moment, pour finalement terminer quatrième… Je suis hors de moi, mais il faut passer à autre chose », a souligné celui qui se concentrera désormais sur le slalom géant. « C’est mon épreuve favorite et la meilleure chance de médaille qu’il me reste. »

    Turgeon sort de piste

    Après une chute en descente samedi, Frédérique Turgeon voulait se reprendre au super-G. L’athlète de Candiac avait bien commencé sa descente et était même sixième après le troisième temps intermédiaire.

    La Québécoise, en action dans la catégorie ski debout, a toutefois raté une porte en fin de parcours et n’a pu poursuivre sa descente. « Ça ne fait pas vraiment mon affaire et je suis un peu déçue, car j’aurais pu faire un top-5, mais présentement, j’ai une cheville en réadaptation et elle n’est pas à 100%. Dans les virages, c’est plus difficile et surtout à la fin. »

    Championne paralympique de la descente, la Française Marie Bochet a à nouveau été couronnée au super-G devant l’Allemande Andrea Rothfuss. La Canadienne Alana Ramsay a mis la main sur la médaille de bronze.

    C’est à l’entraînement au début du mois de février en marge de la Coupe du monde de Kimberley, en Colombie-Britannique, que Frédérique Turgeon s’est infligé une blessure à la cheville gauche. « Ça va mieux, mais ça fait encore mal à la fin des courses, surtout dans des parcours difficiles comme ceux de Pyeongchang. »

    Même si elle n’a pas rallié la ligne d’arrivée, la Québécoise voit beaucoup de positif en vue des autres courses à venir. « Je suis quand même fière de moi en voyant mes temps intermédiaires. Je sais que je peux charger pour les prochaines courses. »

    À ses premiers Jeux paralympiques, Turgeon ne s’en fait pas trop de ne pas avoir encore de classement. « C’est un défi de descendre les parcours sur une jambe. Je sais que je suis capable et j’ai une bonne force mentale. »

    Les skieurs pourront profiter d’une journée de repos lundi avant de reprendre la compétition mardi. Le super combiné sera l’épreuve au programme.

    Source: Sportcom
    Photo Crédit: Agence QMI

Imprimer Courriel