Nouvelles

  • Un hommage qui fait chaud au coeur: Bernard Trottier intronisé au Temple de la renommée du Panthéon des sports du Québec

    Parmi les 11 personnalités intronisées au 28e Gala du Temple de la renommée du Panthéon des sports du Québec, hier soir, on trouvait aussi Bernard Trottier.

    Un hommage qui fait chaud au coeur

    Homme de grand cœur et véritable mécène sportif sur les scènes québécoise et canadienne, Bernard Trottier a propulsé de nombreux athlètes vers les hautes sphères du sport. Il avait l’œil pour repérer ceux qui avaient le feu sacré.

    Maintenant âgé de 86 ans, l’homme a perdu le décompte des athlètes qu’il a épaulés durant des décennies. Ce n’est pas une perte de mémoire, mais dans ses commerces de Greenfield Park et de Montréal, il en a vu défiler plus d’un !

    « J’ai aidé beaucoup de jeunes dans le besoin, car je devais le faire. J’ai commencé par Peter Duncan, a-t-il raconté, mardi soir, avant de faire son entrée au Panthéon des sports du Québec. Quand je voyais qu’un jeune avait du potentiel et de la volonté lors d’une rencontre, je faisais tout pour l’aider.

    « C’était une passion et ce l’est encore, a ajouté celui qui s’apprête maintenant à donner un bon coup de pouce à la jeune planchiste québécoise Élizabeth Hosking afin qu’elle atteigne ses rêves. C’est une joie de fréquenter tous ces grands athlètes. »

    Il va sans dire que l’honneur reçu mardi soir lui a fait chaud au cœur. Selon ses dires, elle est plus significative que la Médaille pour service méritoire de la division civile qu’il a reçue des mains de la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, en décembre dernier dans une cérémonie à Rideau Hall.

    « Les gens qui sont nommés ici sont des grands du sport au Québec. C’est grandiose d’être reconnu parmi eux », a dit celui qui avait une pensée pour les Jean-Luc Brassard, Nathalie Lambert, Sylvie Fréchette et Erik Guay, qu’il a entre autres aidés.

    Devant d’immenses défis dans le monde du sport amateur, Bernard Trottier n’a jamais baissé les bras. Il a défoncé des portes et soutenu les athlètes. Il n’a jamais eu peur des projets. Quand l’un des siens était sur les rails, il n’hésitait pas à en lancer un autre.

    Pour lire l'article complet, rendez-vous sur le site du Journal de Montréal.

    Source: Journal de Montréal
    Photo Crédit: Pierre-Paul Poulin

Imprimer Courriel