Nouvelles

  • La Chronique de Mario du 8 novembre 2018 : Les Jeux de 2026, voteriez-vous oui ou non si vous étiez de Calgary? Et Monsieur Landry était un premier ministre sportif!

    En tant que chroniqueur pour Ski Québec alpin Mario Brisebois continue sa passion pour le journalisme et le ski. Dans sa carrière de journaliste pour le Journal de Montréal, Mario s’est consacré plus particulièrement au golf, au tennis ainsi qu’au ski. Il a toujours eu à cœur de soutenir la relève québécoise et nombreux sont les athlètes qui, grâce à lui, ont bénéficié d’une couverture exceptionnelle tout au long de leur développement athlétique tant chez les amateurs que chez les professionnels.

    La ville de Calgary ira-t-elle de l’avant en posant sa candidature pour la présentation des Jeux olympiques et paralympiques de 2026? Telle est la question du moment. La candidature de Calgary s’ajouterait notamment à celles de Stockholm et Milan/Madonna di Campiglio.

    Quoiqu’il soit en faveur des J.O., le maire Naheed Nenshi laisse la population exprimer sa volonté lors d’un référendum municipal mardi prochain.

    Des Jeux et des mégas dollars!

    Comme on le sait, les Jeux ne sont évidemment pas donnés. Jasons de chiffres et notamment du budget qui totalise 5,1 milliards de dollars.

    La ville de Calgary injecte 390 millions de dollars, incluant 20 millions pour une assurance de 200 millions afin de se « protéger » contre le dépassement de coûts. Le gros de l’argent d’ici provient des gouvernements canadien (1,4 milliard) et albertain (700 millions).

    Le Comité olympique s’est engagé à déplier 1,2 milliard et le reste des dollars viendra de la vente des billets et des droits de télévision.

    Bien sûr, le maire Nenshi insiste sur tout ce que les J.O. rapporteraient directement à l’éconmie de Calgary, notamment à l’emploi, et la modernisation de la ville grâce aux nouvelles infrastructures.

    Mais tout va aller très vite maintenant. Le CIO recevra les propositions des villes candidates dès janvier. À moins d’un changement, la sélection sera connue en juin prochain.

    Si vous étiez de Calgary voteriez-vous oui ou non? Ou reformulons la question : si cette proposition impliquait Montréal ou Québec, votre crochet sur le bulletin irait dans quel carré?

    Les sondages révèlent que…

    De retour à Calgary, sachez que ce sera serré entre les oui et les non.

    « Ici Alberta » de Radio-Canada a mis la main sur un sondage et c’est du sérieux avec 7770 personnes consultées. Le groupe des gens défavorables aux Jeux totalise 49 % des avis exprimés versus 21 % fortement en accord et un autre 13 % favorables.

    Or, rien n’est décidé malgré cet écart de 16 points. Les chiffres révèlent que 17 % de la population se situaient dans le clan indécis ou sans opinion.

    Louis-Pierre pense à l’héritage

    Un à qui Calgary n’aura pas à tordre le bras pour cocher oui est Louis-Pierre Hélie, qui voit déjà un avantage au fait que ça serait une version 2.0 des Jeux de Calgary; soit 38 ans après la version 1.0.

    « Le ski à Nakiska pourrait nous donner une piste d’entraînement en descente au Canada », commentait-il au sujet de l’héritage qui resterait pour les générations futures. « On sait qu’après les Coupes du monde, Lake Louise est redonné au grand public le reste de l’hiver ».

    Monsieur Landry a eu un impact dans le sport aussi

    Depuis son décès, on élabore sur l’immense contribution à l’économie de l’ex-premier ministre Bernard Landry, mais il a aussi eu son impact dans le sport.

    « Monsieur Landry était un grand sportif », témoigne Richard Legendre, que Monsieur Landry était allé chercher comme ministre non élu des sports et loisirs. Et qui était très apprécié des différentes fédérations.
    Les réalisations ont été quand même nombreuses pendant leurs années ensemble au gouvernement. « Il m’a aidé à développer le programme des équipes provinciales pour financer nos jeunes athlètes, ainsi que de créer “Québec en forme”. En plus de la relance de l’Impact. Pas si pire en deux ans! », de raconter Richard dans son témoignage.

    Source: Mario Brisebois
    Photo Crédit: La Presse canadienne

Imprimer Courriel