Nouvelles

  • La maman de la skieuse Marie-Michèle Gagnon a écrit un livre sur sa fille !

    Marie-Luce est une ex-enseignante d’anglais au niveau primaire qui a désiré poser des mots sur le défi de l’ascension jusqu’aux Jeux olympiques et à la Coupe du monde, de sa fille.

    Pour Marie-Luce Giguère, L’histoire de la skieuse Marie-Michèle Gagnon n’est pas le résultat de longues journées à meubler en raison de la pandémie de COVID-19. Passionnée d’écriture et marchande de joie de vivre, raconter le cheminement de son propre enfant jusque dans l’élite internationale du ski alpin lui trottait en tête comme deux autres projets de livre qu’elle mène de front.

    Comme trame à son premier ouvrage, disponible uniquement en version numérique, il y a le message que, même pour une famille de cinq enfants, grandir à Lac-Etchemin et près d’une station de ski modeste comme le Mont-Orignal ne doit pas réfréner nos ambitions sur le monde.

    « On a longtemps entendu qu’elle ne pourrait pas aller loin dans ce sport parce que ça deviendrait toujours de plus en plus difficile. Mais pour nous, avec cinq enfants à la maison, on voulait qu’ils fassent tous du sport. Si ton enfant a du talent, il faut trouver des moyens pour lui permettre d’avancer. Il nous a fallu calculer et il y avait toujours un formulaire de demande de bourse sur le comptoir prêt à partir », résume Marie-Luce Giguère, qui rappelle les quelque 20 000 $ que coûtait une année avec le club Skibec Alpin.

    UNE VIE ORGANISÉE

    Marie-Michèle Gagnon compte 231 départs en Coupe du monde depuis sa première présence en décembre 2008. Son palmarès rappelle quatre podiums, dont deux victoires à des épreuves combinées en 2016 et 2014, puis six participations à des Championnats du monde et à deux Jeux olympiques.

    C’est ce parcours jusqu’à aujourd’hui que sa mère a voulu partager. Chez les Gagnon, le désir de s’épanouir a toujours dicté les règles, comme ce fut le cas notamment pour leur enfant « sandwich », comme l’identifie Marie-Luce, pour illustrer le rang dans la lignée qu’occupe la réputée skieuse entre deux garçons, puis un autre garçon et une fille.

    « On ne voulait pas priver nos enfants de réussir, même si nous devions composer avec un budget modéré. À une période, on avait trois logements à payer en même temps, il y avait cinq voitures dans l’entrée, en plus de l’hypothèque d’une maison sur le bord de l’eau », relate la maman.

    « J’enseignais dans sept écoles, il y avait cinq enfants à la maison et nous étions tellement dans le sport durant les fins de semaine que c’est en arrivant à l’école le lundi matin que je me reposais ! »

    UN COUPLE CHOUCHOU

    La carrière de sa fille sur les plus hautes montagnes d’Europe est devenue pour sa mère un prétexte à aborder la vie qu’elle partage avec son amoureux et skieur américain Travis Ganong, décoré lui aussi en Coupe du monde et surtout vice-champion du monde en descente, en 2015.

    « Ils forment un couple chouchou pour les Européens qui suivent le ski alpin », rapporte la maman, passionnée de sport, et maintenant... écrivaine.

    Source : Le journal de Québec

Imprimer Courriel