Nouvelles

  • Quand un glacier s'adapte en temps de Covid

    La pandémie mondiale oblige les différentes infrastructures à mettre en jour des plans afin de relancer leur économie tout en offrant un milieu sécuritaire et respecant les consignes gouvernementales. Aujourd'hui, nous vous partageons l'article disponible sur Ski Racing, concernant la reprise d'activité et des camps d'été sur le glacier de Timberline Palmer en Oregon.

    Pendant les mois d’été pour un entraînement hors saison sur neige, les camps et clubs arrivent de toutes les États-Unis pour rejoindre le glacier Timberline Palmer situé en Oregon. Lorsque la pandémie de coronavirus a fermé les espaces de loisirs à travers le monde, y compris les stations de ski, la question de la viabilité des camps d'été s’est posée.

    Voici quelques questions : les familles pourraient-elles voyager de tous les coins du pays pour participer ? À quoi ressemblerait la distance sociale sur la montagne ? Les camps vont-ils être autorisés sur la neige ? Ces questions et bien d’autres ont mis une pause dans la planification, et de nombreux camps d'été ont dû revoir leur fonctionnement afin d'accueillir leurs futurs clients.

    Certaines équipes avaient déjà un plan en place pour offrir des programmes d'été en ligne afin d'élargir les possibilités et de préparer davantage d'enfants à l'entraînement d'automne, peu importe leur lieu de résidence. En période de distanciation sociale, un camp d'été en ligne est une option pratique pour les familles qui veulent éviter les voyages.

    En plus de cela, le 15 mai, le glacier Timberline Palmer a fait fonctionner ses remontées sous des restrictions vraiment strictes pour la première fois depuis des mois afin d’effectuer des tests pour voir si le ski à la station cet été serait réellement possible. Les règles de distanciation sociale telles que l'entrée dans le parking après avoir passé un point de contrôle, le maintien d'une distance de 2 mètres dans les lignes de remontées, et toujours couvrir les visages et les mains avec des lunettes, des masques et des gants, étaient bien suivies par les skieurs qui réservaient des passes pour la fin de semaine. Cela a signifié à l’équipe de Timberline qu’ils étaient prêts à passer à la phase deux des opérations, invitant des camps, des clubs et des projets nationaux à retourner au Palmer Glacier.

    «Ce sera une option», a déclaré John Burton, directeur marketing de Timberline. "Nous ne savons pas exactement quelle sera l'expérience. Ça va être différent, mais il va y avoir une expérience, c’est le plus important. »

    Selon John Burton, l'équipe Timberline a examiné les défis des opérations estivales dans trois catégories - le terrain, la capacité et l'éloignement social. John Burton et son équipe disent que le terrain n'est pas un problème, le glacier sera plus que prêt pour l'entraînement avant l'arrivée des camps au cours des premières semaines de juin.

    La capacité d'exploitation totale du domaine skiable reste incertaine. Les décisions reposent entièrement sur la demande. Il est possible que les restrictions de voyages à international augmentent la demande si les athlètes et les équipes américaines ne peuvent pas se rendre dans d'autres points chauds d'été, tels qu’habituellement le Chili, l’Argentine, l’Europe et la Nouvelle-Zélande.
    Le 15 mai dernier, le même jour que les remontées de Timberline ont commencé à tourner, l'Oregon Health Authority a émis une interdiction de passer la nuit dans des camps d'été en raison de la pandémie de coronavirus. Les camps de jour sont toujours autorisés.

    «Chaque famille doit être autosuffisante et fournir son propre hébergement, ses repas et son transport, y compris le transport vers et depuis le domaine skiable de Timberline et ce tous les jours», a écrit Miguel Azcarate.

    En plus des directives de Timberline sur l’éloignement social, les camps doivent désormais fonctionner conformément à l’ensemble des directives de l’Oregon Health Authority. Par exemple, des programmes de dépistage afin de détecter les symptômes seront nécessaires. Les camps devront être divisés en groupes de 10 ou moins, et les membres du personnel devront travailler avec le même groupe autant que possible.

    Source : Ski Racing

Imprimer Courriel