Nouvelles

  • Après un début de hors-saison assez inhabituel, l'équipe alpine canadienne se prépare à retourner sur les pistes

    L'organisation annonce que l'équipe reprendra l'entraînement de course en Suisse à la fin juillet. La tournée de la Coupe du monde féminine a été interrompue avec trois courses restantes, tandis que le côté masculin a vu deux événements annulés.

    La saison 2020-21 devrait débuter en Autriche en octobre.

    Généralement, le travail effectué entre mars et octobre par les athlètes jette les bases des résultats de la Coupe du monde. Aujourd'hui, quatre de ces mois ont été perturbés en raison de la pandémie.
    "C'est aussi une très longue saison, toute l'année, non?" a déclaré Phil McNichol, directeur de la haute performance pour Canada Alpin. "Je serais assez confiant de dire que c'est la plus longue période pendant laquelle l'un de nos athlètes actuels est passé sans entraînement de ski."

    Phil McNichol s'est joint à Canada Alpin en provenance de l'équipe américaine le 1er mars - moins de deux semaines avant la fin brutale de la saison. C'était une introduction étrange, c'est le moins qu'on puisse dire.

    "Actuellement, c'est surréaliste, mais nous avons aussi beaucoup de travail à faire, rien que dans le sport en général, pour retrouver notre place de leader mondial du ski alpin. Donc, des temps passionnants - il suffit de surmonter notre dilemme actuel. », a déclaré Phil McNichol.

    La première étape pour résoudre ce dilemme a d’ailleurs été présentée par Canada Alpin. L'organisation a annoncé que l'équipe se rendrait en Suisse à la fin du mois de juillet pour reprendre l'entraînement sur neige.
    Phil McNichol affirme que la Suisse est actuellement le meilleur endroit de l'hémisphère nord en raison de ses conditions hivernales.

    Toute l'équipe de ski sera testée avant le départ à nouveau à l'arrivée. Aucune de ces mesures n'est obligatoire par les gouvernements canadien ou suisse, mais Phil McNichol affirme que Canada Alpin prend des précautions supplémentaires. Il y aura également des tests intermittents une fois installés dans leur « bulle d’entraînement ».

    Les lignes directrices en place pour le stage d’entraînement en Suisse ont été établies par un groupe comprenant Phil McNichol sur la base des protocoles des organisations fédérales et sportives canadiennes ainsi que suisses. Le protocole a été présenté aux athlètes. Il reste encore quelques ajustements à peaufiner concernant les procédures d’une possible éclosion.

    Certains athlètes se rendront en Suisse plus tard que d'autres, car ils terminent la période de quarantaine obligatoire de 14 jours chez eux au Canada après de récents retours.

    L'une d'entre elles est Marie-Michele Gagnon, 31 ans, qui avait passé les derniers mois à s'entraîner à Lake Tahoe avec son petit ami Travis Ganong, membre de l'équipe nationale américaine.

    « J'ai eu beaucoup de chance dans le sens où Travis et moi avions accès à la salle de sport qui était essentiellement ouverte uniquement pour nous. Nous avions accès à presque tous les équipements dont nous avions besoin. Nous n'avons fait aucune réunion avec des amis et des trucs comme ça », a déclaré Marie-Michèle.

    "Mais en ce qui concerne l'entraînement, nous avions beaucoup de liberté. Nous vivons dans les montagnes, donc nous pouvons sortir et ne pas voir une personne pendant de très longues périodes."

    Marie-Michèle Gagnon se remettait d'une main cassée lorsque la saison de la Coupe du monde a été interrompue en mars, avant un retour potentiel peu de temps après. Maintenant, elle a passé quatre mois sans ski de compétition, même si elle dit avoir fait du ski dans l'arrière-pays.

    Marie-Michèle Gagnon participe au circuit de la Coupe du monde depuis 2009. Une blessure l'a empêchée de participer aux Jeux olympiques de 2018 après avoir participé aux deux éditions précédentes. Elle dit que c'est probablement la première fois qu'elle passe quatre mois au même endroit depuis qu'elle a commencé la compétition.

    "Cela peut être une bonne chose à la fin parce que vous voyez beaucoup d'athlètes qui se blessent quand ils reviennent, ils sont rafraîchis mentalement et donnent toute leur énergie sur les pistes."

    Marie-Michèle Gagnon et Phil McNichol affirment que cet été a été inhabituel, mais pas complètement hors calendrier. En général, une fois la saison terminée en mars, les skieurs profitent des derniers mois de l'hiver avant de faire une pause en juillet et août. Lorsque l'entraînement recommence, ils cherchent la neige. Marie-Michèle Gagnon dit qu'elle n'a jamais skié l'été au Canada, bien que parfois l'équipe utilise un glacier à Whistler, Colombie-Britannique.

    Nous souhaitons un bon entraînement à toute l'équipe canadienne et ce dans un environnement sécuritaire !

    Source : Article CBC

Imprimer Courriel