Nouvelles

  • Retour de l'équipe masculine sur le stage d'entraînement aux Deux Alpes

    En août dernier, l’Équipe du Québec s’est rendue en France, plus précisément aux Deux Alpes afin de réaliser leur tout premier stage d’entraînement sur neige pour la saison 2020/2021. Les femmes et les hommes ont répondu présent malgré l’incertitude de la situation actuelle.
    Tout le staff de Ski Québec alpin a travaillé fort afin de pouvoir réaliser ce stage dans un environnement sécuritaire à l’international.

    Aujourd’hui, nous nous plaçons du côté de l’équipe masculine afin d’avoir un retour détaillé de leur perception. L’équipe était supervisée par Jonathan Blanchard, devenu entraîneur chef à partir de cette instant ainsi que par Martin Durocher, entraîneur chef du club de ski Sutton. Martin est venu épauler l’équipe en apportant toute son expertise et son talent.

    Appréhension face à la covid-19

    Nous sommes un groupe, une bulle d’entraînement. À l’intérieur de cette bulle, les athlètes et encadreurs réagissent tous différemment quant à la situation actuelle. Découvrons ces ressentis à travers des témoignages :

    ‘’ Quelques appréhensions bien sûr! La décision d’aller en stage dans les conditions actuelles ne devrait pas être prise à la légère, autant pour les athlètes, pour nos familles ou nous. Même si je n’ai pas eu beaucoup de préavis avant notre départ, j’ai pris le temps de bien y réfléchir. À la fin, les protocoles sanitaires serrés que l’équipe avait mis en place m’ont convaincu que nous pouvions évoluer dans un environnement sécuritaire sans y perdre au change sur la qualité de notre environnement d’entrainement.’’ Martin Durocher

    ‘’ Le risque zéro n’existe pas. Nous étions bien préparés et nous avions toutes les informations en notre possession. Lorsqu’on part en France, nous savons qu’en cas de problèmes nous aurions eu les ressources nécessaires rapidement. ‘’ Jonathan Blanchard

    ‘’Avant de partir en France, il est vrai que je me demandais comment ça allait se dérouler avec les différentes restrictions. Toutefois, durant les jours de préparation avant le voyage, les entraîneurs nous ont donné toutes les informations nécessaires et je me sentais prêt à finalement repartir en ski.’’ Louis Latulippe

    Dans les transports

    Une de nos missions était de gérer toute la sécurité et ce à n’importe quel moment de la journée. Les entraîneurs étant occupés sur divers tâches, l’équipe a invité notre préparateur physique, Frederick Laberge, pour jouer le rôle de ‘’police’’. Fred est très apprécié de tous, il véhicule très facilement les messages. Il a été d’une grande aide !
    ‘’Le transport était un peu spécial car tout le monde portait des masques et l’ambiance dans l’aéroport était étrange, à vrai dire, complètement différente de ce qu’on peut connaitre habituellement mais nous allons devoir nous y habituer. ‘’ Jonathan Blanchard

    ‘’ Les gens qui me connaissent assez peuvent imaginer... Certainement soulagé quand nous sommes enfin arrivés à la montagne.’’ Martin Durocher

    À l’hôtel

    En plus de respecter nos consignes gouvernementales, toute l’équipe devait respecter les consignes locales. Ainsi, tous les membres de l’équipe ont pu séjourner dans de parfaites conditions grâce notamment aux efforts des hôteliers.

    ‘’Dans l’hôtel tout était bien organisé. On avait une salle à manger réservée pour notre équipe. Il y avait du gel désinfectant partout. Une chambre pour deux athlètes et port du masque obligatoire à l’intérieur. C’était très sécuritaire.’’ Jonathan Blanchard

    ‘’Nous avons suivi les règles installées par l’hôtel tout au long du séjour. Le camp s’est vraiment bien passé par rapport au covid en général. Les coachs nous avaient préparé à toutes éventualités.’’ Mathys Lalonde

    En station

    La réalité est telle que l’impact en station est conséquent. Il en sera de même pour le retour du ski au Québec sur nos montagnes locales. Les athlètes savent s’adapter.

    ‘’ Niveau ski, c’était aussi quelque chose de nouveau. Il fallait qu’on mette nos masques le matin pour monter jusqu’au glacier. Une fois sur les skis c’était comme d’habitude, toujours la même routine. Par contre il fallait absolument remettre le masque au moment de monter sur le T-bar.’’ Jonathan Blanchard

    Ressenti global du stage

    ‘’ Ces skieurs sont bien entourés! Il est clair que SQA et les entraineurs ont mis en place un bon réseau d’aide à la performance pour les supporter et que tous ces intervenants travaillent bien ensemble. Le résultat est que les athlètes étaient prêts à prendre la charge, assez élevée, de travail qui leur était proposée.
    J’espérais que Jonathan et moi puissions mettre en place une atmosphère qui permettrait aux athlètes et aux entraineurs, d’évoluer dans leur zone d’excellence. La somme du travail effectué en amont, les conditions exceptionnelles sur le glacier, et probablement aussi, la fin de saison abrupte qui nous aura laissés sur notre faim auront fait en sorte que nous avons été près de cet idéal tout au long du stage..’’ Martin Durocher

    ‘’Les jeunes ont vraiment bien géré ce stage et ils ont fait preuve d’une grande maturité. Ils se sont impliqués dans tout ce que nous avions mis en place (prise de température quotidienne, suivi d’état de forme etc…) et ça s’est ressenti sur les skis. L’ambiance au sein du groupe était incroyable et c’est ce qui a permis aussi d’avoir un excellent stage sur la piste mais également en dehors. Tout le monde à fait d’énormes progrès pendant ces trois semaines et nous pouvons nous donner des objectifs ambitieux pour la saison qui arrive. Nous sommes à un moment où nous voulons être performants en NorAm et notre première étape vers cette finalité s’est parfaitement déroulée. Nous allons continuer dans cet état d’esprit le plus longtemps possible.’’ Jonathan Blanchard

    Et maintenant, qu’en ont pensé les athlètes ?

    ‘’Les conditions de neige au tout début du stage étaient un peu molles, j’avais beaucoup de difficulté à avoir un bon ressenti sur la neige. Mais heureusement la neige a commencé à plus durcir et geler pendant les nuits. Après le premier jour de congé, la neige était super.
    Concernant l’ambiance générale, comme tout stage avec beaucoup d’athlètes, quelques frictions peuvent se faire ressentir. Mais l’ambiance générale était bonne. On aime vraiment s’entraîner avec les filles, ça change en positif la dynamique de notre groupe !’’ Mathys Lalonde

    ‘’Une fois arrivés, j’ai vraiment réalisé que les entraîneurs et l’équipe de SQA avaient fait du bon travail de planification. J’ai eu un excellent stage en France lors duquel j’ai beaucoup progressé. Étant nouveau sur l’équipe du Québec, je fus extrêmement heureux de voir que l’atmosphère du groupe favorisait le travail d’équipe et le dépassement de soi. Je suis très content de faire partie de ce groupe pour la saison prochaine et je suis certain que nous progresserons énormément et iront dans la bonne direction!’’ Louis Latulippe

    Et le futur ?

    Nous travaillons en collaboration avec la santé publique et l’ASSQ afin de pouvoir vous proposer un plan de relance adéquat. Notre phase 3, le retour sur neige au Québec est actuellement en attente de validation. Nous souhaitons autant que vous de pouvoir skier sur nos montagnes dès début décembre. C’est pourquoi nous élaborons un plan détaillé en prenant en compte toutes les éventualités possibles.

    ‘’Concernant la saison qui arrive, elle sera spéciale, un peu comme tout ce qu’on peut faire depuis l’apparition du virus. Mais la vie continue et on répondra présent quoi qu’il arrive. On va devoir trouver des alternatives au calendrier habituel pour rester compétitif. Avec l’annulation des courses en Amérique du Nord, on va en ressentir l’impact, mais ce sera à nous d’être créatif. Tout le monde travaille bien et on est confiant pour la suite.’’ Jonathan Blanchard

    ‘’Ça va être une saison spéciale, ça, c’est une certitude. Mais, période de pandémie ou non, c’est mon rêve que tous acteurs du monde du ski alpin au Québec puissent s’appuyer les uns sur les autres pour supporter et propulser nos meilleurs skieurs vers le haut. J’espère que le travail effectué au cours du dernier camp aura été un pas dans la bonne direction.’’ Martin Durocher

    Martin Durocher s’adresse à son club : ‘’Enfin, je suis reconnaissant que le Club de ski Sutton m’ait libéré temporairement pour me permettre de travailler avec ce beau groupe. Je suis aussi reconnaissant que Jonathan et les athlètes m’aient si bien accueilli.’’
    Nous tenons également à remercier Martin et le Club de ski Sutton. Sans notre collaboration, ce premier stage d’entraînement sur neige n’aurait pas autant été une réussite !

    Merci aux entraîneurs, à notre policier Fred Laberge et aux athlètes ! Nous avons réussi, tous ensemble, à réaliser ce premier stage dans un environnement sécuritaire qui favorisait votre performance.

    Toute l’équipe de Ski Québec alpin vous félicite.

Imprimer Courriel