Nouvelles

  • Les entraîneurs de l'Est du Canada travaillent intensément pour développer la relève

    Récemment, SkiRacing a publié un article sur les entraîneurs de l’Est du Québec en mettant en avant leur manière d’agir afin de développer au mieux la relève. Francis Royal, entraîneur chef de l’équipe du Québec féminine en est le porte-parole !

    Entrant dans sa 10e saison en tant qu'entraîneur de la puissante équipe féminine de ski du Québec, le skieur de 35 ans a insisté sur le fait que le programme de la fédération québécoise a produit une foule de skieurs talentueux qui sont passés à la Coupe du monde aux côtés de l'équipe nationale, tels que Laurence St. Germain, Valérie Grenier ou encore Marie Michèle Gagnon.

    «Notre programme est basé sur la philosophie et la culture; nous créons une structure de soutien holistique et créons un équilibre », a déclaré Francis avec enthousiasme depuis son domicile à Québec. «Nous avons également eu des athlètes formidables dans notre système, ils ont montré ces qualités… c’était plus que du ski de compétition pour eux, c’était la famille et une culture du respect. Nous les avons poussés à développer leur résilience et à se développer d'abord comme de bons humains.

    Le programme provincial 2020-2021 mettra à nouveau en vedette 14 skieuses et sept skieurs, d'âge et de situation variés, certains fréquentant l'université et équilibrant le programme Alpine Canada NextGen, tandis que d'autres apprendront les ficelles rigoureuses des attentes de l'équipe provinciale.

    Lorsque Canada Alpin a annoncé le programme national, où les athlètes seront «logés» avec l'équipe provinciale, mais auront l'occasion de s'entraîner et éventuellement de courir avec l'équipe nationale de ski, Francis a immédiatement vu des opportunités de croissance.

    «Canada alpin a créé de bonnes opportunités pour nos filles NextGen. J'ai eu des échanges avec Manny Gamper (entraîneur-chef du programme national féminin) et nous avons partagé des idées et envoyé des vidéos."

    Francis a passé un temps considérable à «sortir des sentiers battus», en particulier à l'époque de la Covid-19, gérant un grand groupe avec de nombreux scénarios et parcours individuels. L'entraîneur à l'esprit académique et diplômé en sciences du sport et interventions en activité physique de l'Université Laval, met l'accent sur la patience et le long chemin pour garder les skieurs engagés dans le sport assez longtemps pour réaliser leur réel potentiel.

    «Continuons à aider ces athlètes à travers le système et gardons-les bien préparés et prêts pour la Coupe du monde», a-t-il déclaré. «Ce qui aide beaucoup, c'est quand nos filles voient Laurence [St. Germain]… elle a fait preuve de beaucoup de résilience et elle était même sur le point de perdre sa place dans l'équipe de ski du Québec après une année difficile. Mais elle a travaillé dur et fait preuve de résilience et ainsi a obtenu une place dans l'équipe [nationale]. C'est énorme de l'avoir avec elle, je parie que chaque semaine, elle reçoit un appel d'une de nos filles. "

    Francis garde également un œil vers l'avenir et continue de développer la prochaine vague de talents. «Nous essayons de préparer notre groupe pour les NorAm mais nous mettons également beaucoup d’énergie dans nos espoirs», a-t-il déclaré. «S'assurer que les plus jeunes garçons et filles se préparent pour le prochain niveau. S'ils comprennent nos philosophies et notre culture, ils seront plus que prêts à gagner leur place. »

    Avec un entraînement sur neige aux Deux Alpes en juillet et début août en partenariat avec la fédération française de ski, l'équipe de ski du Québec a gardé le moteur au chaud et est en bonne forme à l'approche de la saison.

    Francis a déclaré qu'il serait dangereux d'adopter la même mentalité dans la saison. Avec d’autres entraîneurs québécois, Dillon Prophet et Justine Parent, il a déclaré que l’adaptation était essentielle. «Maintenant, nous essayons de ne pas être trop émotifs dans nos décisions, de regarder un autre type de périodisation et d’optimiser la formation nationale [au Québec]», a-t-il déclaré.

    Jonathan Blanchard a repris les rênes comme entraîneur-chef des Québécois après le départ de Julien Cousineau. Marie-Eve Boulianne a également été ajoutée au personnel d’entraîneurs masculin qui supervisera sept hommes. «C’est un groupe très solide, ils sont matures et ont de l’expérience, nous pouvons nous attendre à une saison décisive pour ces gars-là», a déclaré Francis.

Imprimer Courriel