Chroniques de Mario Brisebois

  • La Chronique de Mario Brisebois

    DIDIER CUCHE ENCORE MEILLEUR QU'AU CINÉMA !




    Coudon le chroniqueur, ta Coupe du monde de ski alpin serait-elle organisée avec le gars des vues ?, me suis-je fait apostrophé, ou tout comme, à maintes reprises samedi suite à la victoire (une autre!) de Didier Cuche à Kitzbuehel qui est le Super Bowl du ski.

    La réponse est non, non et non.

    Même le cinéma est incapable de pondre un scénario de la sorte surtout en pareilles circonstances.

    Admettez qu'il faut le faire, gagner sur la Streif une cinquième fois en carrière pour établir un nouveau record en 82 ans d'histoire et cela 48 heures après avoir annoncé que l'hiver en cours était son dernier avant la retraite compétitive.

    « C'est incroyable ! », a lui-même admis.

    Bien sûr que la piste a été écourtée. Et après...

    Ce n'est quand même pas de sa responsabilité s'il y a un mélange de pluie et neige en Autriche ayant d'ailleurs provoqué l'annulation du supe-G la veille.

    Bien qu'il soit formidable, il n'est pas le Bon Dieu pour s'occuper de la météo en plus de gagner.

    Par ailleurs, n'a-t-il pas été le plu rapide devant les Autrichiens Romed Baumann et Klaus Kroel ? Comme vous le savez, les chronos n'ont pas de sentiments à ce que je sache.

    J'ai été ravi par la réponse de Cuche concernant le parcours. Il est vite sur les planches et dans les répliques, le monsieur.

    « De toute façon, je l'ai déjà remporté aussi du sommet de la montagne comme vous le savez », a déclaré l'auteur du tour chapeau en 2010, 2011 et 2012 et du quintette en ajoutant ses titres de 2008 et 1998.

    En passant, Erik Guay a fini 11e, un rang derrière son coéquipier Jan Hudec, de Calgary, pour une journée somme toute correcte pour Ski Canada.

    UN MONUMENT AU LIEU D’UN OSCAR !


    Avec ce 19e succès au total en carrière et son deuxième cet hiver en ajoutant Lake Louise en ouverture de calendrier, Cuche revisera-t-il maintenant sa décision d'accrocher ?

    Sachez que cela serait très surprenant. Il a toujours 37 ans et il a décidé de quitter au faîte de la gloire, ce qu'il accomplit admirablement mieux qu'un scénariste du grand écran.

    Et pour revenir une dernière fois sur les allusions au cinéma, ce n’est pas un Oscar que Didier Cuche a mérité de toute manière avec son brio, à Kitzubuehel, mais un mobumenet formeat nature.

    En terminant, un slalom suit à Kizbuehel dimanche et Cuche ne gagnera pas pour la très bonne raison qu’il ne prend plus le départ dans la spécialité cela à l'immense bonheur de ses rivaux bien sûr.

    ***
    Toujours samedi, Marie-Michèle Gagnon, de Lac Etchemin, était de retour en slalom géant après presque deux semaines de congé.

    La Coupe du monde des femmes a été déménagée de Maribor à Kranska Gora, en Slovénie, encore en raison de Dame Nature.

    M.-M. a fait le 22e rang de l'épreuve enlevée par la cousine de France, Tessa Worley.