Chroniques de Mario Brisebois

  • La Chronique de Mario du lundi 16 janvier: Coupe du monde: Trop de neige risque de devenir un manque de temps à la fin



    Pas très bon pour l'exemple en effet, mais la journée nationale au Canada samedi en Coupe du monde de ski alpin en aura été une de ski de... chalet.

    Force majeure, cela deux fois plutôt qu'une, la descente des hommes à Wengen avec Erik Guay ainsi que celle des femmes à Altenmarkt, celle-ci agrémentée par le retour de sa plus célèbre reine Lindsey Vonn après un an d'absence, n'ont pu avoir lieu.

    Il faut toujours que je me pince deux ou trois fois en pareilles situations tellement c'est anachronique, comme raison à donner aux lecteurs, mais les reports surviennent parce qu'il y a trop de... neige.

    J'entends d'ici les ténors anti-hiver arguer que la Série mondiale au baseball ne reporte pas un match parce que le gazon est trop vert! Permettez-moi de leur répondre du tac au tac que le golf de la PGA ou le tennis ATP/WTA s'arrêtent lorsque la météo sévit trop sévèrement.

    Or, sachez qu’elle a frappé très fort Dame Nature en Suisse et en Autriche en fin de semaine dernière avec une tempête (une autre!), laquelle a laissé beaucoup et énormément de neige alors que nous sommes pris ici avec la plus large patinoire avec le très désagréable cocktail pluie-gel des derniers jours.

    On parle de 45 centimètres tombés en continu, cela évidemment sans compter ce qui s'est accumulé pendant les jours et les semaines auparavant.

    Il y a tellement de neige que l'opération sauvetage impliquant 950 paires de bras de bénévoles mises à contribution dès 5h du matin pour pousser les souffleuses et pelleter n’a pas suffi à rendre la «Lauberhorn» sécuritaire.

    Même abaisser le départ pour se servir des montagnes comme bouclier de protection des bourrasques s'est avéré encore insuffisant comme initiative par ce temps juste bon pour la raquette et tourner des pubs de... ski doo!

    DEUX ANNIVERSAIRES ÉCOPENT DONT CELUI IMPLIQUANT LES CANADIENS

    Bien moche tout cela, cette année en étant une de célébration par surcroît.

    Comme on sait, le cirque blanc fête ses 50 ans. Or, spécifions que c’est justement en janvier 1967 qu'avait été présentée la toute première descente remportée par qui ???

    Question de s'activer les méninges, on a placé la réponse tout au bas de la chronique.

    Un autre anniversaire qui nous intéressera très certainement au Canada, les «Crazy Canucks» étaient réunis sur place.

    L'organisation de Wengen avait invité Ken Read, un ex-vainqueur au Lauberhorn, Steve Podborski, Jim «Jungle» Hunter et David Irwin dans le cadre du 40e anniversaire d'un virage très kamikaze nommé «Canuck Canucks» pour leur façon spectaculaire, sans peur et surtout jamais vu, d'effectuer le passage.

    UNE TRÈS CHAUDE FIN D'HIVER EN PERSPECTIVE

    Quoiqu'il s'agisse d'un devoir dans tout de ne jamais oublier l'histoire, revenons à la réalité.

    Les autorités de la Coupe du monde ont tout de suite déménagé la descente féminine d'Altenmarkt à dimanche où Lindsey Vonn a fini 13e plutôt que le combiné, mais pas celle des hommes en restant sur leur position de maintenir le slalom dominical déjà inscrit au programme qui a couronné Henrik Kristoffersen devant Marcel Hirscher dans ce qui la plus vive rivalité du ski cet hiver.

    Est-ce que le lobbying Vonn est si puissant chez les commanditaires?

    Il est à se demander si l'inverse n'aurait pas été plus approprié et logique parce qu'il y a maintenant une lumière rouge qui scintille au-dessus du calendrier masculin.

    La saison en cours n'est définitivement pas celle des descendeurs. Avant Wengen, Santa Caterina avait été privé de présentation aux Fêtes
    en vertu des trop forts vents.

    Lors de l'ouverture fin novembre et début décembre,, il y avait eu le transfert de Lake Louise et Beaver Creek avec les ennuis que cela cause, un cirque ne se déplaçant jamais en criant une, deux, trois.

    Tout cela pour constater que les spécialistes de la vitesse n'ont disputé à ce jour qu'un très mince total de cinq courses en incluant le super-g jusqu'ici ce qui représente moins que la moitié du côté des techniciens de slalom ou géant qui en étaient quand même dimanche à leur 12e départ.

    Il y aura donc eu presqu'un mois entre Santa Caterina à la fin décembre et la reprise maintenant décalée à vendredi (le 20) à Kitzbuhuel, ce qui fait un méchant trou dans un calendrier. Celui-ci agrandira. En cette année des Mondiaux au Colorado du 6 au 18 février, le circuit de la Coupe du monde aura les deux pieds sur le frein parce que les athlètes doivent voyager avant et après.

    On termine comme on a commencé en jasant météo. Il y aura assurément une fin d'hiver chaude en titi. C'est pas pas la neige qui manquer, mais le temps pour boucler le calendrier.

    LA RÉPONSE EST...

    À la question de tantôt sur le champion de la première descente de la Coupe du monde à Wengen en 1967, la réponse est la légende Jean-Claude Killy. Il avait enlevé la palme de rien de moins que douze des quinze épreuves il y a cinquante ans.