Chroniques de Mario Brisebois

  • Blog de Mario aux Mondiaux: L'hiver ne devrait pas être juste du hockey à la télé



    Puisque l'actualité fait que Claude Julien peut revenir une deuxième fois derrière le banc du Canadien y remplacer Michel Therrien exactement comme cela s'était produit en 2003, je ressors mon chapeau de chroniqueur-télé dans le sport longtemps porté au Journal de Montréal.

    C'est suite à la sortie de Jean-Luc Brassard.

    «Pathétique, notre affaire! Tiers monde sportif! Ici, on a des compétitions de dards et canines!», ont été parmi ses propos. (http://www.lapresse.ca/sports/medias/201702/14/01-5069326-jean-luc-brassard-furieux-contre-le-tiers-monde-sportif.php)

    Brassard s'est fait le porte-voix de la grande famille du ski et du sport en déplorant qu'aucune chaîne sportive malgré leur multiplication pour laquelle on paie sur notre facture de câble n'ait retransmis les courses d'Erik Guay aux Championnats du monde à Saint-Moritz.

    «C'est fantastique une conférence de presse du coach, mais pas trop. Pas sûr non plus que Michel Therrien aime parler à chacun de ses respirations», a continué Brassard.

    Il n'a pas identifié ni pointé une chaîne spécialisée en particulier, mais il pose toute une question massue à la fin.

    Vraie que la magie de la télé peut nous transporter partout et qu'on peut suivre trois ou quatre matchs de la LNH ne même temps, mais l'hiver, ce n'est pas justement que du hockey.

    L'EXEMPLE JACQUES VILLENEUVE

    Les diffuseurs ont longtemps eu leurs justifications qui ne tiennent toutefois plus beaucoup la route maintenant.

    «Ça coûte cher, les courtiers en droits qui nous demandant les mêmes tarifs qu'en Europe même si les courses ont lieu ici beaucoup trop tôt les matins en fin de semaine avec le décalage», ont-ils longtemps dit.

    Là-dessus, permettez que l'ex-chroniqueur de «tivi» profite de l'occasion pour rappeler qu’avec la F1, la télé, ici, au Québec, a déjà souvent égalé les auditoires du Canadien avec des 700 000 et 800 000 téléspectateurs avec des pointes à un million et plus, cela avant la messe du dimanche matin, faut-il préciser aux décideurs de ce que l'on voit et ne voit pas surtout.

    Son nom: Jacques Villeneuve.

    Jean-Luc Brassard a eu cette habile interrogation finale pour nos diffuseurs de sports.

    «S'il nous a fallu le canal Évasion pour voir longtemps le Tour de France, faudra-t-il Historia pour regarder du ski?»

    Là-dessus, on convaincra unanimement que les athlètes n'ont pas à attendre deux semaines aux Jeux olympiques tous les quatre ans pour être vus. Pas plus que le public pour les applaudir.

    ***
    Pas de souci pour la suite. On remet notre costume de blogueur de ski jeudi avec le slalom géant féminin suivant la journée de congé à Saint-Moritz.

    En passant, elle était quoi cette idée de Ski Canada de ne pas donner le feu vert à Marie-Michèle Gagnon, sa skieuse numéro un, lors de la compétition en équipe la veille?