Chroniques de Mario Brisebois

  • Blog de Mario aux Mondiaux: Une seule course, mais deux sortes de confiance...


    Un grand charme du sport est que tout peut changer vite pour le mieux.

    Ce qui pourrait aussi être interprété comme un message d'espoir à l'égard de Michel Therrien illustre la pure réalité de la France aux Mondiaux à Saint-Moritz.

    Après une première semaine très sombre côté résultats, les Bleus passent à l'euphorie la plus complète. La médaille d'or de Tessa Worley en slalom géant jeudi s'avère la deuxième de suite des Bleus après celle en équipes mardi.

    Je retiens deux commentaires entendus sur Eurosport, et cela pas pour les mêmes raisons.

    «Elle (Worley) décolle. Elle est sur un nuage . Elle vole… Énormissime! À un 1,52 mètre seulement, elle est une g-é-a-n-t-e!», s'est époumoné le descripteur à l'arrivée au fil.

    Oui, le sport peut être du grand théâtre!

    À cela, une ancienne skieuse agissant comme analyste (désolé de n'avoir pu trouver les noms!) a ajouté: «On la sentait en confiance» en décrivant l'attitude de Worley, qui a devancé Mikaela Schiffrin, longtemps une voisine du Vermont, et l'Italienne Sofia Goddia.

    Un cliché la confiance, dites-vous? Ajoutez donc une question concernant Marie-Michèle Gagnon bloquée au chiffre 20 toute la journée.

    Elle était 20e après la manche du matin et est restée 20e au final.

    PAS IDÉAL COMME PRÉPARATION

    J'ai lu les commentaires que Marie-Michèle a fait à Alain Bergeron, du Journal de Québec. En gentille fille, elle prend le blâme en disant avoir «essayé trop fort».

    Il faut la croire, sauf qu'elle est bien plus solide compétitrice comme en témoignent ses quatre tops dix en Coupe du monde depuis les Fêtes sans compter son 6e rang au combiné de ces Mondiaux.

    Mais pour l'encadrement qu'elle a reçu, on repassera. Sans être angélique et encore sévère , il existe mieux pour cimenter la confiance que de ne pas retenir le nom de sa plus efficace technicienne au pays pour la compétition en équipes comme a fait Ski Canada plus tôt cette semaine.

    La preuve qu'on n’exagère pas ici, où est passé le message de M.-M. sur twitter dans lequel elle écrivait pas méchamment regretter ne pas avoir été retenue?

    Qualifiée pour la deuxième manche en raison de sa 30e place en ouverture, Mikaela Tommy n'a pu compléter la deuxième. Après sa 37e place, Valérie Grenier n'a pas pris le départ de la course consolation.

    Marie-Michèle Gagnon reviendra samedi pour le slalom en espérant la confiance et une plus adéquate préparation aussi.

    TRÈS BONNE QUESTION...

    Elle appartient à Catherine Perrin, pertinente animatrice de l'émission de l'avant-midi à la Première chaîne.

    «A-t-on donné une chance», a-t-elle demandé au sujet du «black out», des épreuves d’Erik Guay et du ski en général à la télé.

    56

    Le chiffre du jour représente le nombre de nations au slalom géant jeudi.