Chroniques de Mario Brisebois

  • Blog de Mario aux Mondiaux: Après avoir conquis le monde, Erik fêté par «son» monde et... le pire évité



    Comme vous aimez les primeurs, en voici une solide. Déjà sportif du mois, très probablement de l'hiver et, qui sait, de l'année au Canada tellement ce qu'il vient d'accomplir est considérable, Erik Guay va remonter au podium, samedi.

    Pas à Saint-Moritz, en Suisse, mais ici, dans les Laurentides.

    Après le monde qui l'a applaudi pour son doublé or-argent en super-G et en descente aux Championnats du monde ce qui tient du jamais vu comme réalisation à 35 ans, c'est au tour de «son monde» de le féliciter.

    Erik retourne à la montagne, où là tout a commencé alors que bambin, il skiait avec sa mère Helen, son père Conrad, celui-ci ex-directeur de l'école de ski , et ses frères Kristian et Stefan.

    Tremblant organise un hommage spécial à son héros. Ce sera samedi sur la scène de Place Saint-Bernard à 15h30, si jamais vous êtes dans le coin.

    Une séance d'autographes et de photos est prévue avec Erik est excellent dans la générosité de son temps.

    CHEZ TLMEP

    Erik a une «grosse« fin de semaine qui l'attend. Dimanche, il sera dans nos salons à titre d'invité à «Tout le monde en parle».

    Pariez qu'il sera le plus ovationné par Véro, André Sauvé, la ministre Hélène Davis aussi chez Guy A. et le public en studio.

    LE RETOUR APPROCHE

    Le temps file vite pour Erik. Revenu lundi passé afin de célébrer la Saint-Valentin en compagnie des quatre cœurs (ses filles Logann, Leni et Mario Victoria et sa femme Karen) après l’éloignement de six semaines en Europe le retour en Norvège approche.

    Un premier entraînement chronométré est prévu le 23 (jeudi prochain) avant une «très chaude» fin de semaine avec deux descentes les 24 et 25 dont la première sert de remplacement à Lake Louise avant un super-G le 26.

    L'industrie du ski devrait être immensément reconnaissante de pouvoir compter sur Erik pour vendre si admirablement son sport.


    Et oui, Erik s'est gardé un peu de temps.

    Son affectueux pitou noir, ses raquettes, la forêt de Tremblant et son compte twitter le montrent.



    Voilà! Savoir demeurer zen dans le tourbillon est une autre qualité chez les champions d'exception!

    ÉCHOS DE SAINT-MORITZ...

    UN AVION FAIT TOMBER UNE CAMÉRA AÉRIENNE


    Ouf! Les Mondiaux ont frôlé la peur, vendredi.

    La deuxième manche du slalom géant a été retardée lorsque l'aile d'un appareil de l'aviation suisse a sectionné un câble d'une caméra aérienne pendant une démonstration aérienne.

    Cela a causé la chute d'une cinquantaine de mètres de l'appareil avant que celui-ci «déboule» vers les gradins au fil d'arrivée.

    Heureusement, l'espace était vide, l'accident étant survenu entre les séances du matin et de l'après-midi.

    ENCORE ET TOUJOURS HIRSCHER

    Délai ou pas, cela n'a pas empêché l'Autrichien Marcel Hirscher de continuer de dominer malgré l'autre problème de la neige amollie.

    C'est ainsi que les négligés Roland Teitinger, un autre Autrichien qui n'avait jamais fait mieux que 6e en Coupe du monde et le Norvégien Leif Kristian Haugen, un claquement de doigts devant son coéquipier-viking Henrik Kristoffersen énormément plus connu, ont complété le podium.

    Il s'agit d'un 6e titre mondial pour Hirscher, mais son premier en géant.

    Troisième le matin, Alexis Pinturault n'a pu faire mieux que le 21e temps en après-midi pour la 7e place au final et donc stopper la France en quête d'une troisième médaille d'or de suite.

    Erik Read, le fils de l'ex-Crazy Canuck, a fini 23e à 2,21 secondes d'écart de l'unique Hirscher.

    SUITE ET FIN...

    Dernière fin de semaine de course avant la fin de ces Mondiaux à Saint-Moritz et le programme va ainsi: slalom féminin samedi (avec Marie-Michèle Gagnon) au départ avant celui des hommes dimanche avec un beau duel Hirscher-Kristofersen en perspective.