Chroniques de Mario Brisebois

  • La Chronique de Mario du mercredi 8 mars: Suivre enfin nos athlètes... grâce à la web diffusion



    Le sport est moins «le tiers monde», que le décrivait et décriait Jean-Luc Brassard encore récemment avec raison.


    Après avoir été privé des épreuves qui ont couronné Erik Guay champion et vice-champion du monde en super-G et en descente le mois passé en Suisse alors que la télé sportive montrait en direct le premier entraînement de Claude Julien à la barre du Canadien, nos athlètes sortent enfin de la noirceur.

    Mémo aux amis commentateurs, pouvez-vous dorénavant les identifier comme athlètes haute performance ou d'élite et non amateurs parce qu'il n'existe plus rien de cet acabit à ce niveau d'excellence incluant les Olympiques!

    Toujours est-il que grâce à la web diffusion de Radio-Canada, Erik pourra être suivi aux finales de la Coupe du monde au Colorado la semaine prochaine et avant, on pourra voir Marie-Michèle Gagnon ce week-end.

    «On ne veut pas juste entendre parler du récent film de Xavier Dolan, on le veut voir», a dit Jean-Luc à Jean Dion, du Devoir.

    Sa sortie a eu de la portée et des résultats concrets.

    D'ailleurs, le médaillé d'or de Lillehammer était dans les studios mercredi et jeudi aux petites heures du matin en vertu du décalage à effectuer l'analyste de Mikaël Kingsbury et des sœurs Dufour-Lapointe aux Mondiaux de ski acro en Espagne.

    ***

    Alors que RDS et TVA Sports ici, à l'instar de TSN et Sportsnet à Toronto, ont tous ensemble un très sérieux examen de conscience à entreprendre, Radio-Canada a le mérite de proposer une solution via l'internet.

    «Nous étions déjà au travail avec CBC pour présenter du sport au numérique avant la sortie de Jean-Luc. Nous avons manqué un peu temps avec son intervention, mais vous savez, il faut toujours un peu de temps pour régler avec les Fédérations», me disait François Messier, grand patron production et sports à Radio-Canada, ce qui est tout à fait juste.

    Il y a le ski, mais aussi le patinage de vitesse et artistique et le bobsleigh qui apparaissent à la liste des retransmissions à venir.

    Détenteur des droits aux Jeux, Radio Canada n'a pas été très sport ces dernières années. On ne remontra pas à la perte des droits de La Soirée du hockey non plus...

    «Les réductions ont fait que la section des sports a été amputée dans le budget et aussi son équipe qui est passée de 80 à 25 personnes», rappelle François Messier.

    Avec la programmation en ligne sur ICIradio-canada.ca, il est facile d’y accéder et commode d'y naviguer.

    À venir, les disciplines d'été se grefferont à l'offre conjointe. On est à ce moment même à finir de placer les points et virgules du contrat avec le plongeon.

    Cela dit, sachez que François Messier est un ami du ski. Il est même ambassadeur de Ski Québec. Au nom du sport en général, on lui décerne notre première étoile de la semaine pour sa contribution à faire à nos champions (nes) la place qui leur revient en cette ère des communications.

    ERIK EN SOUTIEN AUX DÉMUNIS

    Mise en vente par Dany Turcotte pour une bonne cause, la combinaison jaune et rouge que portait Erik Guay aux Championnats du monde a été acquise pour la somme de 2000$ par Christian Raby, un vétérinaire de Victoriaville.

    L'argent va directement au financement de la «Maison du père» si essentiel pour nos gens moins privilégiés.

    MARIE-MICHÈLE COMME À LA MAISON... OU PRESQUE

    Dernière étape de la Coupe du monde cette fin de semaine avant les finales et Marie-Michèle Gagnon sera considérablement en pays de connaissance pour un slalom et un géant à Squaw Valley, à Lake Tahoe.

    M.-M. connaît beaucoup l'endroit, son «chum» Travis Ganong, vainqueur de la descente de Garmisch-Partenkirchen en janvier, est de... l'endroit et porte-couleurs de la montagne-hôte.

    DU SKI JUSQU'AU 4 JUILLET?

    S’il vous plait, ne vous inquiétez surtout pas pour la neige quoique la station soit située à la limite des cieux cléments des États de la Californie et du Nevada.

    Perchée au sommet de la chaîne Sierra Nevada, l'endroit va jusqu'à 8000 pieds en altitude.

    Sur son fil twitter, Ganong (un beau piège avec Gagnon pour le dyslexique!) a un message comme quoi il est tombé rien de moins que 460 pouces de neige cet hiver et que l'objectif est d'y skier jusqu'au 4 juillet.

    RAPPEL SUR LES J.O. RAISONNABLES D'UNE AUTRE ÉPOQUE

    Pour l'histoire, Squaw Valley a été l'hôte des Jeux olympiques de 1960. Il y avait eu 653 athlètes versus 2873 à Sotchi en 2014.

    Mais il existe plus saisissant encore dans la croissance explosive des chiffres.

    Le budget de Squaw Valley avait alors été jugé «astronomique» à 80 millions de dollars.

    Avec le recul du temps, il s'agissait plutôt d'une totale aubaine.

    Pour vous donner une idée, Sotchi a dépassé 44 milliards et pas sûr non plus qu'on ait fini d'additionner.

    VIVE LES RETROUVAILLES ?

    Ce rendez-vous précédant les finales de la Coupe du monde au Colorado la semaine prochaine ne marque le retour du ski de haut niveau à Squaw Valley après rien de moins que 40 ans.

    L'Association américaine connaît un très beau succès cette année avec ses retrouvailles.

    Au début du calendrier en novembre, Killington, au Vermont, a attiré 23 000 spectateurs après 25 ans d'absence de l'élite en Nouvelle-Angleterre.

    Je sais que Ski Canada préfère ne pas se le faire rappeler, mais le Québec aussi est «dû» pour une Coupe du monde, la précédente présentation remontant à la victoire d'Alberto Tomba à Stoneham en 1994 quand même.

    QUAND, OÙ, QUI ET QUOI?

    La relâche scolaire n'en est surtout pas une sur les pentes.

    Le Critérium Intersport chez les juniors s'est déroulé au Mont Sainte-Marie la semaine entière.

    Le Championnat provincial junior suit vendredi et samedi à Orford alors que les U12 sont réunis au Relais de vendredi à dimanche.

    La série Nor-Am s'amène au Mont-Garceau et à Val Saint-Côme. On aura le temps de s'en rejaser puisque ce sera à compter du 17 mars dans les deux cas.