Chroniques de Mario Brisebois

  • La Chronique de Mario du vendredi 15 septembre: Un signal ce déménagement du Marathon plus au nord pour sa survie



    À moins d'avoir été complètement caché sur une autre planète depuis le début du mois, impossible de ne pas avoir lu, vu, ou entendu parler du grand gâchis climatique omniprésent dans les manchettes.

    Après l'ouragan Harvey au Texas, voilà maintenant Irma qui happe la Floride et encore plus dans les Caraïbes.

    Au moment d'écrire ces lignes en fin de semaine dernière, la télé montre en boucle les sinistrés et les dégâts partout dans les îles et au Mexique aussi secoué par le choc d'un violent tremblement de terre.

    Nos pensées les plus sincères accompagnent toutes ces personnes courageuses.

    ***
    Quoique que la situation et les conséquences ne soient pas les mêmes et on en remercie le ciel, une nouvelle nous est tombée dessus au Québec ces derniers jours.

    Comme elle vous a très probablement échappé avec les occupations accrues de la rentrée, on reprend l'information selon laquelle cette institution qu'est le Marathon canadien de ski soit contrainte de déménager afin de sauver son avenir.

    Créé par la légende «Jack Rabbit» Jouantes et ses amis en 1967 dans le cadre du centenaire du Canada, l'événement historique changera de parcours en 2018 au moment d' entreprendre son deuxième demi-siècle.


    La plus longue épreuve en Amérique s'échelonnant sur 160 kilomètres et aussi la plus «populeuse» avec quelques milliers de participants a originalement et très longtemps été disputée entre Lachute et Ottawa. Il y a eu Gatineau aussi comme conclusion avant Buckingham et Montebello plus récemment.

    Chaque fois, les déplacements s'expliquaient essentiellement pour la recherche de neige ce qui fait que la 51e présentation à la mi-février s'effectuera dorénavant entre le Mont-Tremblant et Montebello.

    «On veut s'assurer que le Marathon soit là pour rester encore plusieurs années», a dit le président Dan Quinlan à l'origine de la décision s'installer plus au nord pour de très bonnes raisons.

    ***
    Michael Sutton, de la Presse canadienne, a signé un reportage fort intéressant sur les défis à affronter et relever pour la suite.

    Un de ceux-ci est la densification qui n'échappe pas à l'Outaouais, où il devenait plus compliqué d'obtenir les autorisations de passage avec toute la construction qui a modifié l'accessibilité.

    Mais la température représente un challenge plus majeur encore.

    Quoique oui, Tremblant soit plus tendance et grand chic, l'historique Marathon fait ses assises
    ailleurs à la recherche de la neige puisqu'il en faut si on veut continuer de célébrer l'hiver.

    Avis à nos climato-sceptiques d'ici: le réchauffement est réel comme le montrent et l'affirment encore les chiffres de Ross Brown, d'Environnement Canada, dans le sud-ouest du Québec.

    * les accumulations déclinent en moyenne d'environ un centième par année au mois de février.

    * de 60 centimètres selon les données compilées entre 1965 et 2013, la réduction est plus de la moitié à 27.

    * en 2050, la neige aura diminué entre 30 et 45% 2050 en versus la période 1970-1999.

    Très important de rappeler que l'expert n'est pas un
    poète, mais un scientifique, ce qui demande et exige toute notre attention.

    Sans être Irma bien sûr, il y a là un signal et message qui sont clairs

    Contrairement aux stations alpines, le ski de fond ne peut compter sur la neige artificielle.

    «Une décision tout à fait logique», déclare Ross Brown à propos du transfert plus au nord, lequel permettra également de bénéficier des élévations, mais aussi de la forêt qui retient et protège la neige naturelle davantage et pendant une longue durée que les vastes champs expiés aux grands vents

    Longue vie donc au Marathon canadien et surtout très bon courage encore une fois aux braves gens au Sud dont de très nombreux ont tout perdu.

    À QUOI RESSEMBLERA L'AUTOMNE?


    Dans les autres notes de lecture des derniers des derniers jours de nouveau à propos de la météo, il a cette entrevue du Hufftington Post en compagnie du chef météorogiste Chris Scott, qui sera la musique à vos oreilles.

    Il utilise le mot« quintessence» au sujet des conditions de l'automne à nos portes, cela avec refroidissement à compter de la mi-novembre.

    Souhaitons-nous qu'il ait raison!