Chroniques de Mario Brisebois

  • La Chronique de Mario du vendredi 29 septembre : Une autre preuve que Ski Québec ne forme pas que des talents sur les pentes et Erik papa.... une 4 e fois.



    Parmi les mandats nombreux de Ski Québec, il y a le développement de talent ce que l'on fait très bien et mieux qu'ailleurs au pays.

    Il n'y a toutefois pas que sur les pentes que l'organisation du directeur général Daniel P. Lavallée réussit avec les Mélanie Turgeon, Geneviève Simard avant et maintenant Erik Guay, Marie-Michèle Gagnon et Dustin Cook, lesquels ont tous gagné en Coupe du monde.

    Comme le succès est contagieux, les champions ne sont pas que sur les pentes. Il y en va aussi en communications alors que la Fédé continue de se faire ravir son monde.

    Pour la première fois en six et demi, Anthony Lamour ne sera pas au bureau, cette semaine. À son tour, il a été «repêché» ailleurs pour s'ajouter à la longue liste.

    EN DEMANDE DANS TOUT

    J'ai fait le tour. Jean Gosselin est sorti du ski pour aller au très réputé cabinet de relations publiques National. François Trudel a lancé sa propre entreprise Celcius et Erik De Pokomandy a détenu un poste de direction au Grand Prix avant Québecor.

    Chez les filles, Marie-Annik Bédard a occupé 7 ans la direction générale de ski acro Québec avant de prendre un congé maternité et Marie-Anick L'Alllier est elle aussi allée chez National avant de voler loin et haut de ses propres ailles.

    Elle gère les «coms» de tant de personnalités et d'événements qu'il faudrait l'heure pour les nommer. Juste la semaine dernière, ses dossiers ont été ceux de Laurent Duvernay-Tardif, au football de la LNF, Nadia Comaneci aux prochains Championnats du monde de gymnastique à Montréal prochainement, l'annonce de retraite de la gardienne olympique Charline Labonté et le lancement de l'autobiographie du chroniqueur Bertrand Raymond et .... J’en échappe probablement.

    Mine de rien Marie-Anick en sera en février 2018 à PeyongChang à ses septièmes Jeux olympiques à titre de relationniste ou avec la télé.

    «Ski Québec» est une bonne école parce que tu touches à tout. En plus, il faut être efficace et se montrer créatif. On y développe vite la faculté d'adaptation avec plusieurs publics à servir, soit les athlètes, les membres et les médias», explique-t-elle à propos de l'apprentissage garanti.

    QUAND LE RÊVE DEVIENT RÉALITÉ

    À propos du plus récent départ, Daniel P. Lavallée dit ceci. «Anthony a amené nos programmes de communications à un autre niveau alors que le monde de la commandite et des médias vit de très profonds changements».

    Arrivé à Montréal il y aura dix ans en janvier, le natif de Bourg, entre Lyon et Genève, est depuis devenu citoyen canadien et parent avec sa blonde québécoise de Jeanne et Raphaël, leurs jumeaux de 17 mois.

    Il remercie Ski Québec pour la confiance et aussi d'avoir transformé un rêve en réalité en l’embauchant en mars 2011.

    «Mes parents avaient acheté un appartement au Grand Bornand, le village de Tessa Worley. J'y ai skié. Je ne manquais jamais les Coupes du monde sur Eurosport pour y voir les Cavagnoud, Crétier, Montillet, Alphand, tous des Bleus, de même qu'Hermann Maier bien sûr», rappelle-t-il.

    Ses fonctions lui ont permis de travailler souvent en compagnie d'Erik Guay, mais aussi avec d'autres grandes pointures du cirque blanc telles Lindsey Vonn et Askel Lund Svindal à Lake Louise.

    Alors que le processus de remplacement est en marche, précisons qu'Anthony Lamour joint un secteur très actif. Il joint les affaires corporatives chez Procure, l'organisme d'entraide sur le cancer de la prostate, où les enjeux sont innombrables là également.

    Bonne deuxième carrière!

    ET DE QUATRE POUR KAREN ET ERIK!

    Parlez-moi d'une super nouvelle. Il s'agit de la naissance de Maude-Alexandra.

    Elle est la quatrième fille d'Erik Guay et Karen, qui fait le grand bonheur de la famille entière.

    Boys make boys but it takes a man to make girls! Maude Alexandra Guay 7lbs 6oz 19 3/4 inches. @karenguay is doing well.

    Une publication partagée par Erik Guay (@erikguay) le



    Cette très belle photo sur Instagram avec la petite dernière dans les mains du célèbre papa en compagnie des «aînés» Logan (8 janvier 2009), Leni (27 avril 2012) et Mario Victoria (19 mars 2014) vaut un.... million de mots.

    Comme vous allez me poser la question, Maude-Alexandra pesait sept livres et six onces à la naissance.

    «Ça prend des gars pour faire des gars, mais un homme pour faire des filles», blague le champion sur son site.

    Un bravo tout à fait spécial bien sûr à la toujours courageuse Karen.

    Bonne semaine