Chroniques de Mario Brisebois

  • La Chronique de Mario du jeudi 26 octobre: Deux lancements de saison en coupe du monde et… ici aussi!

    Êtes-vous prêts en prévision de la prochaine saison de ski ?
    Pas grave si non. Bon nombre des étoiles de la Coupe du monde ne le sont pas non plus.

    Tous des titulaires olympiques au gros globe de cristal, Marcel Hirscher, Anna Fenninger, Lara Gut et Aksel Lund Svindal, ne seront d’ailleurs pas en fin de semaine au lancement du cirque blanc à Sölden, en Autriche.

    Au hockey, ce serait comme entreprendre le calendrier sans Sidney Crosby, Connor McDavid, Alex Ovechkin et... Marie-Pierre Poulin, reconnue le numéro un au monde.

    Le problème n’est pas la neige. En perchant le départ des deux slaloms géants au programme (les filles samedi et les gars dimanche) à 3 000 mètres d’altitude sur le Rettenbach qui s’adonne être un glacier en plus, les organisateurs se sont accordé toute la marge de manœuvre et plus pour réussir leur publicité.

    Cela dit, la vraie affaire (lire raison) des absences notoires est que les noms précités se remettent de blessures et qu’il n’est surtout pas question de rien précipiter pour le retour et risquer de manquer les Jeux olympiques.

    Pas sûr non plus que l’on les verra au slalom de Levi, en Finlande, le 11 et 12 novembre.

    Si vous voulez prendre un pari, misez davantage sur les courses en Amérique à la fin novembre et début décembre pour revoir tout le monde... à condition de remettre les profits pour aider au financement de votre club de ski local bien sûr.

    La liste s’allonge encore

    Deux autres très larges pointures doivent également regretter de ne pas avoir levé le pied. Il s’agit de Carlo Janka et Ilka Štuhec. Par malheur, ils se sont déchiré un genou (ligaments) en cette dernière semaine d’entraînement.

    Respectivement double vainqueur de la Coupe du monde et de l’or olympique à Vancouver au tournant de la décennie de même que championne en titre de la descente, voilà très probablement les Jeux sabotés ou presque, ce qui fait évidemment encore plus mal comme on devine.

    Ayoye !!!

    L’expression « dure comme du roc » à propos des parcours prend tout son sens avec Dustin Cook, lequel montre sur son site Instagram la taille d’une roche accrochée par ses défunts skis.

    « R.I.P. ! », écrit-il d’ailleurs à propos de ses planches, mais cela aurait pu être bien pire.

    Souvenez-vous il y a deux ans, le gradué de Ski-Québec avait dû mettre fin à sa saison justement à Sölden avant de la commencer, cela à un bien malencontreux moment puisqu’il était vice-champion du monde et gagnant d’une médaille d’or en super-G du cirque blanc l’année d’avant.

    En plus de Dustin, Marie-Michèle Gagnon est à Sölden. Il faudra voir au tirage vendredi, Valérie Grenier pourrait y être aussi.

    Un peu d’histoire

    Lors de sa création en 1967, la Coupe du monde débutait en janvier avant que la France déménage son Critérium de la première neige en décembre. Depuis 2000-2001 que Sölden, une station hyper huppée avec des boutiques Dior, Rolex et d’autres grandes marques pour des visiteurs réguliers comme Daniel « 007 » Craig, sert d’ouverture.

    Si vous vous demandez pourquoi on commence sitôt, sachez que la population de 4 133 résidents à Sölden multiplie par dix et quinze lors du week-end de la Coupe du monde ce qui explique tout et plus encore.

    Notre grande fête du ski

    Là où il ne manquera pas de « gros noms » est à « La rencontre au sommet Telus », mercredi prochain (1er novembre), laquelle sert depuis 23 ans comme lancement des activités de la saison de ski au Québec.

    Vérifications faites auprès de Daniel P. Lavallée, créateur de l’événement et directeur général de Ski Québec, Érik Guay, Jasey-Jay Anderson et Mikaël Kingsbury, tous des champions du monde dans leur carrière plus d’une fois, seront à la Place Forzani, à Laval, ce qui est d’autant plus intéressant que le grand public d’ici pourra rencontrer ceux-ci et d’autres. Les trois sœurs Dufour-Laoionte sont dans la mire de cette grande fête du ski.

    Comme l’objectif est de 500 personnes (480 me dit Daniel) pour aider au financement de la relève, il reste des billets avec des infos disponibles sur le site skiquebec.qc.ca.

    En cette année olympique, n’oublions jamais qu’il y a qu’aux Jeux où l’argent vient avant l’or. En ce sens, il faut beaucoup de $$$ si on veut donner la formation nécessaire afin que nos champions montent et demeurent au podium pour des générations à venir.

    Source: Mario Brisebois
    Photo Crédit: NA