Chroniques de Mario Brisebois

  • La Chronique de Mario du jeudi 4 janvier: Voici pourquoi Erik aurait dû mériter plus de considération au scrutin canadien

    Pas question de crier à l'injustice parce que Erik Guay n'a pas été nommé gagnant du trophée Lou Marsh remis à l'athlète par excellence au Canada en 2017.

    Parce que le travail de journaliste m'amène aussi à suivre, écrire et commenter sur d'autres sports dont le tennis. Denis Shapovalov, qui a devancé Sidney Crosby par un vote (20 contre 19), mérite entièrement l'honneur que lui décerne la Presse canadienne via un scrutin national.

    D'accord, le jeune Shapo n'a rien gagné de « majeur », mais force est d'admettre qu'il a capté l'attention et aussi la fascination de tout un pays en sortant le numéro un mondial Rafael Nadal pour atteindre la demi-finale de la Coupe Rogers à Montréal avant de se rendre à la ronde des huitièmes au Grand Chelem de Flushing Meadows.

    N'oubliez pas que le « Kid », qui a bondi de 250e à 49e au monde sous l’égide de Marin Laurendeau, un adepte de la glisse, est encore dans l'âge junior (en effet il n’a que 18 ans) ce qui ajoute au lustre de ces résultats.

    En passant, notre jeunesse sportive se porte très bien, merci, puisque le prix Bobbie Ronsenfeld remis à l'athlète féminine est allé à la golfeuse Brooke Henderson qui n'a que 20 ans !

    Avec Tom, Serena et Roger…

    Sachez que je ne fais pas de préférence envers un sport ou un athlète envers un autre. Mais, permettez que j'exprime un malaise envers Erik Guay, qui aurait dû obtenir plus de reconnaissance des 64 dirigeants de médias sportifs, invités à participer à ce vote.

    En cette année de brio exceptionnel des trentenaires, Erik est devenu à 35 le champion du monde en ski alpin le plus âgé, en se couvrant d'or au super-G lors des épreuves de St. Moritz trois jours après que Tom Brady, 39 ans, eut été le héros dans la spectaculaire remontée d’un déficit de 28 à 3 face aux Falcons d'Atlanta pour permettre aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre de remporter le Super Bowl.

    Moins de deux semaines plus tôt Roger Federer et Serena Williams, qui avaient aussi tous les deux 35 ans, avaient balayé à Melbourne le premier Grand Chelem de l'année.

    Erik a prouvé deux fois plutôt qu'une, qu'il appartenait toujours au club des plus grandes pointures et que les jeunots ne possédaient pas seuls le monopole de la vigueur en terminant 2e de la descente toujours à St. Moritz.

    Seulement 12 centièmes très exactement l'ont séparé de la perfection. C'est d'autant plus immensecomme réalisation qu'une très lourde chute à son précédent départ à Garmisch-Partenkirchen avait laissé planer des grandes inquiétudes pour la suite.

    Il est vrai que de se retrouver sur la courte liste des finalistes pour le choix du meilleur de son pays représente un hommage au départ.

    Erik Guay s'est non seulement relevé et skié, mais gagné également dans une formidable démonstration de talent et aussi de détermination, ce qui aurait pu et dû lui mériter plus de considération que le seul vote à sa faveur. Cela dit avec tout le respect envers Shapo.

    Unis en amour comme dans les … blessures

    Parlez-moi d'une affaire que celle de Marie-Michèle Gagnon et l'Américain Travis Ganong, lesquels forment un couple très solide à la Coupe du monde de ski comme dans la vie.

    Un mois après Marie-Michèle à Lake Louise, c'était au tour de son amoureux de tomber au combat en se déchirant des ligaments au genou pendant la descente de Bormio aux Fêtes.

    « Même blessure, même jambe et même réhabilitation à venir! », de préciser celle qui a célébré Noël en famille au Lac Etchemin pour la première fois en dix ans avant de quitter vers Lake Tahoe y rejoindre son éclopé.

    Autre résultat malheureux est que les deux sont condamnés à rater le reste de la saison, ce qui inclut les Jeux olympiques qui faisaient des deux des candidats potentiels au podium.

    Ensemble, ils affichent une volonté qui les honorent dans les circonstances affirmant chacun de leur côté vouloir investir efforts et temps afin de revenir en force au cirque blanc dans un an.

    Un mois de janvier torride !

    Cela peut sembler ironique avec l'hiver à fendre les pieds qui ne semble plus finir, mais c'est pourtant la situation.
    En vertu des Jeux du 9 au 25 février à Pyeongchang, la Coupe du monde est compressée dans son horaire avec du ski tous les jours sauf cinq en janvier afin d'arriver à présenter néanmoins un calendrier complet.

    De fait, le ski est beaucoup présent pour vous accompagner en cette période de retour au bureau avec des épreuves en semaine, notamment mercredi et jeudi à Zagreb. Trois autres fois, il y aura des slaloms en semaine toujours en janvier.

    On y reviendra bien sûr.

    Bienvenue dans le club des 50 et plus

    Bien que l'Américaine Mikaela Shiffrin survole la compétition comme le montrent ses ronflants 491 points d’avance sur l’Allemande Viktoria Rebensburg au classement général, le nom à surveiller en ce début d'année est définitivement Marcel Hirscher.

    La prochaine victoire de l'Autrichien s'avérera sa 50e et lui permettra alors de rejoindre Alberto Tomba au 3e rang de tous les temps.

    Il n'est devancé à ce chapitre que par son compatriote Hermann Maier avec 54 et Ingemar Stenmark avec 86 pour montrer le considérable impact du viking suédois.

    L'entrée officielle du chef de file de la « Wundertream » au trio des plus auréolés en histoire n'est qu'une question de temps.

    En tête des points malgré une grave blessure au camp d'entraînement qui a retardé son entrée en scène, Hirscher est déjà vainqueur deux fois cette saison et se situe premier dans les points avec un coussin de 54 points devant le Norvégien Henrik Kristofferson.

    Si Marcel Hirscher ne réussit pas à Zagreb, ce ne sera que partie remise très probablement dès cette fin de semaine à Adelboden, en Suisse, qui présentera un slalom et un géant qui s'adonnent être ses deux spécialités.

    Place à nos enfants !

    C'est le temps de la saison. À plusieurs stations, on entreprend les écoles de ski cette fin de semaine.

    Tiens. Pourquoi pas aider un enfant mais aussi un parent qui en aura plein les bras avec les skis, les bâtons, les casques et quoi encore ?

    L'avenir dans tout passe par la relève ce qui inclut le ski et ceci n'est qu'un rappel sachant qu'offrir votre courtoisie vous fait plaisir.

    Source: Mario Brisebois
    Photos Crédits: Jason Franson, Instagram & inconnu