Chroniques de Mario Brisebois

  • Les J.O. à travers les propos de Mario : Une Saint-Valentin spéciale pour la brave Nancy, 50 ans plus tard

    Jeux olympiques de Pyeongchang 2018

    En cette semaine de la Saint-Valentin, l’olympisme canadien et le ski alpin plus particulièrement fêtent un immense coup de cœur.

    Le 15 février, cela fera très exactement 50 ans que Nancy Greene Raine s’adjugeait à Grenoble ce qui allait devenir et demeure encore à ce jour une des plus mémorables et plus célébrées médailles d’or de l’histoire des Jeux au pays.
    Pensez-y franchement : qui ne connait pas Nancy? Notamment avec la Ligue qui porte son nom et qui a contribué à initier tant de jeunes. Et que dire de son enthousiasme contagieux.

    Dans mes lectures préférées des derniers jours, il y a eu cet article très bien rendu de Gord Holder, journaliste au Ottawa Citizen, qui nous ramène dans le temps.

    Doublé Or-Argent

    Aux J.O. de Grenoble en 1968, Nancy avait mis la table en terminant précédemment 7e en Descente, mais surtout 2e en Slalom, où elle avait enregistré le temps le plus rapide de la deuxième manche pour presque combler un déficit de 1,18 seconde et boucler à 29 centièmes de la Française Marielle Goitschel.

    Arrive le 15 avec le Slalom géant à l’horaire et Nancy en feu!

    Très possiblement est-ce encore un record, mais c’est par la ronflante marge de 2,63 secondes que Nancy avait littéralement soufflé l’or devant Annie Famose, une autre cousine de France.

    « Nous étions en Suisse, se souvient très bien Claude Dumontier alors jeune et avec l’équipe nationale des garçons. Les gens nous félicitaient au café ».

    La vraie victoire

    Nancy Greene Raine n’a pas duré cent ans en compétitions. Une pionnière de la Coupe du monde avec Jean-Claude Killy, elle a néanmoins remporté treize victoires et ravi deux gros globes de cristal avant de prendre sa retraite à 25 ans.

    Elle est devenue maman de jumeaux, dont Willy, incidemment chef de l’équipe canadienne de ski cross à Pyeongchang.

    Elle a aussi été nommée sénatrice par Stephen Harper, ce qu’elle sera jusqu’au 11 mai, date de son 75e anniversaire qui signifiera la retraite, si ce mot existe dans son vocabulaire.

    Toujours à l’approche de ses 75 ans, Nancy Greene Raine sort de la course la plus cruciale de sa vie. Et pas n’importe laquelle. Elle a combattu un cancer l’an dernier. Elle va bien et très certainement mieux. Elle a skié avec ses petits-enfants aux Fêtes.
    Même 50 ans plus tard, n’est-ce pas que Nancy Greene Raine demeure toujours une gagnante et une vraie dans ce cas-ci?

    Source: Mario Brisebois
    Photo Crédit: Chuck Stoody

    Les autres chroniques de Mario à propos des J.O.:

    Quels jours aura-t-on droit à du ski?
    La Sainte-Paix

    L’Or de Mikael est aussi l’art de saisir le vrai moment !

    Une Saint-Valentin spéciale pour la brave Nancy, 50 ans plus tard