Chroniques de Mario Brisebois

  • Les J.O. à travers les propos de Mario : Quelle histoire cette fille de surf qui gagne en super-G!

    Jeux olympiques de Pyeongchang 2018

    Avez-vous déjà assisté à une course de ski alpin pour y voir gagner quelqu’un du... surf des neiges?
    Après toutes les années à écrire sur le ski en remontant aux Crazy Canucks, la réponse est non, jamais, jusqu’à Pyeongchang en fin de semaine.

    C’est l’improbable gageure qu’a prise et remportée Ester Ledecka, et pas n’importe laquelle.

    Championne du monde deux fois en 2015 et 2017 avec sa planche, la Tchèque est devenue, contre toute attente incluant la sienne, la nouvelle reine olympique du Super-G.

    Même la principale intéressée ne croyait pas à son miracle avec son dossard numéro 26.

    « Il doit y avoir erreur? Ils ont modifié (lire ajuster) les temps. Est-ce bien moi? », demandait-elle à chaud et incrédule devant ce qui se produisait.

    C’est immense ce que cette fille de 22 ans a réussi.

    Pensons-y bien. Déjà que gagner dans une discipline est rarissime, l’exploit devient encore plus formidable de le faire dans deux sports distincts en cette ère de la spécialisation dans tout et partout.

    Skis empruntés de Shiffrin

    La technique n’a pas toujours été parfaite en piste, mais Ester Ledecka n’a jamais cessé de se battre sur le parcours.

    Elle a devancé par un centième de seconde l’Autrichienne Ann Veith complètement assommée à la fin de ce qui venait de survenir.

    Grande favorite, Lindsey Vonn a fait 6e. Avant ce coup d’éclat de Pyeongchang, la plus reluisante place de Ledecka avait été sa 7e à la descente de Lake Louise au mois de décembre.

    Un exemple qu’elle ne skie pas à temps plein, elle a emprunté l’équipement Atomic de Mikaela Schiffrin qui avait décidé de passer.

    C’est non à la spécialisation!

    À propos de sa polyvalence, c’est son choix. « Depuis l’âge de 14 ans, j’ai décidé de ne pas décider! », a-t-elle mentionné au sujet des pressions de faire un choix.

    La championne olympique a du talent et du cran. « Lorsqu’on insiste trop, je dis que je vais changer d’entraineur », ajoute notre non-conformiste.

    Il reste la descente à venir en ski avant le retour à la planche jeudi pour le slalom parallèle.

    Après son coup de théâtre, Ester Ledecka a été surprise à manger du poulet frit chez le Colonel Sanders : « Please, ne dites rien à mes entraineurs! », a-t-elle supplié en riant.

    Une précision : à propos des Crazy Canucks, j’ai bien-dire aux vilaines langues que j’ai commencé à écrire bien jeune…

    Source: Mario Brisebois
    Photo Crédit: Getty

    Les autres chroniques de Mario à propos des J.O.:

    Quels jours aura-t-on droit à du ski?
    La Sainte-Paix

    L’Or de Mikael est aussi l’art de saisir le vrai moment !

    Une Saint-Valentin spéciale pour la brave Nancy, 50 ans plus tard
    Voici pourquoi on reverra Erik aux Jeux !
    Pour tout savoir sur les 92 paires de ski de Marcel Hirscher !
    Des résultats tout à fait dans la logique pour Dustin et Laurence
    Quelle histoire cette fille de surf qui gagne en super-G!