Chroniques de Mario Brisebois

  • Les J.O. à travers les propos de Mario : Pita voulait finir avant la noirceur, histoire de Chow Mien et gros merci Patrick!

    Jeux olympiques de Pyeongchang 2018

    Un champion à sa manière et surtout avec son courage de défiler en Ta'ovala avec le corps badigeonné d’huile par une température de -25 lors des cérémonies d’ouverture, Pita Taufatofua, du Tonga, a participé à son 15 km en ski de fond.

    Il faut savoir que le Royaume du Tonga compte deux archipels et 150 îles ou îlots dans le Pacifique, ce qui n’est pas idéal pour la neige. Mais bon...

    Pita a eu la piqure de l’olympisme à Rio en 2016 comme participant en taekwondo. Il tenait à devenir le bi-olympien tongien en ski de fond.

    « Je voulais un sport difficile », dit-il. Il a commencé ses cours en 2017, ce qui n’est pas idéal non plus face à ces machines humaines sur les planches.

    Bien que son résultat soit modeste, son chrono de 56,41 minutes le situant à 22,24 de retard du gagnant Dario Cologna (Alex Harvey 7e) le place 114e, mais il n’est pas dernier.

    Deux autres ont été plus tortues. Il s’agit d’un Colombien et d’un Mexicain plus habitués au ski nautique aussi.

    Ce que Pita fait très bien toutefois est l’humour. « Parmi mes objectifs, il y avait ce défi de finir avant qu’on ferme les lumières (lire la noirceur) et de me rendre sans me prendre dans un arbre! », affirme-t-il en riant.

    Ah oui, Pita a fini avec les Jeux de cette année, mais pas sa carrière d’Olympien. Même à 32 ans, il a déjà Tokyo 2020 dans la tête. Les chances sont bonnes de le revoir à la piscine.

    Et pourquoi pas? Pour celui qui est capable d’être philosophique : « On ne peut pas battre un homme lorsqu’il n’abandonne pas! », ajoute-t-il dans une citation à retenir.

    La petite sauce avec ça…

    Une autre preuve que les JO ce n’est pas toujours juste une affaire de podiums, il y a cette histoire du bulletin de nouvelles télévisées de Chicago. Si l’idée était formidable, on repassera pour l’exécution.

    En pesant sur le mauvais piton, ce ne sont pas les images de Pyeongchang qui sont apparues, mais un truc de PF Chang ne goûtant surtout pas pareil du tout, le deuxième étant une chaine de restos chinois.

    Aimez-vous ça le Chow mein et la petite sauce aux prunes?

    Une fin d’époque

    Parce que les Jeux ne sont pas que le ski, un autre moment fort a été la fin de carrière du patineur Patrick Chan. Grand patineur, parfait gentilhomme et francophile.

    Il a gagné l’or en équipe au début, mais sa 9e place en solo n’était définitivement pas celle projetée.

    Patrick Chan a été médaillé d’argent de Sotchi, trois fois champion du monde et à dix autres occasions au Canada.

    Pour tous ces résultats et si ces grandes performances, gros merci Patrick pour la carrière.

    Source: Mario Brisebois
    Photos Crédits: Vadim Ghirda & Paul Chiasson

    Les autres chroniques de Mario à propos des J.O.:

    Quels jours aura-t-on droit à du ski?
    La Sainte-Paix

    L’Or de Mikael est aussi l’art de saisir le vrai moment !

    Une Saint-Valentin spéciale pour la brave Nancy, 50 ans plus tard
    Voici pourquoi on reverra Erik aux Jeux !
    Pour tout savoir sur les 92 paires de ski de Marcel Hirscher !
    Des résultats tout à fait dans la logique pour Dustin et Laurence
    Quelle histoire cette fille de surf qui gagne en super-G!
    Pita voulait finir avant la noirceur, histoire de Chow Mien et gros merci Patrick!