Chroniques de Mario Brisebois

  • La Chronique de Mario du mercredi 11 avril : Décès de Jean Bellumat, sommets à Tremblant et plus encore!

    Le ski perd un autre nom connu suite au décès récent de Jean Bellumat à Dubai. Il avait 75 ans.

    Natif de la France et entraineur en Ontario, Jean a néanmoins laissé sa marque dans le ski québécois.

    « Le premier emploi de Jean à son arrivée a été au Manoir Pinoteau, à Tremblant. Son patron était Conrad Guay, le père d’Erik », rappelle Claude Dumontier, qui a bien connu le disparu à ses années à Ski Québec et Canada alpin.

    Jean Bellumat a entrainé plein de talents d’ici : « Il y a d’abord eu la famille Pratte, cela avec l’équipe du nord de l’Ontario et plus tard à Ski Canada. Germain Barrette et François Jodoin ont été parmi d’autres de ses coureurs », raconte Dumontier.

    Pendant toutes ces années sur les pentes, Jean Bullemat demeurait à Montréal.

    On se souviendra également de celui-ci comme un personnage de grand style. Il était une véritable carte de mode. On l’a vu participer aux réunions des entraineurs en portant le veston et le mouchoir placé dans la pochette avec grand style.

    « Le mouchoir était en fine soie et non en acrylique. Jean aura été somme toute un aristocrate des pentes, mais aussi quelqu’un de dévoué envers son sport », rajoute Michel Marcoux, ancien directeur technique à Ski Québec alpin.

    « Jean était quelqu’un qui savait motiver son monde. Il connaissait les meilleures tables. Il nous a aussi montré comment se comporter et apprécier les gens autour », déclare Danny Minogue, un autre élève qui a aussi été président du Conseil de Canada alpin de 2011 à 2015.

    Depuis une trentaine d’années, Jean Bellumat vivait aux Émirats arabes, où il œuvrait avec succès dans le monde des affaires.

    Malgré l’éloignement, il a toujours gardé le contact avec ses athlètes, notamment Scott Finlay, lequel porte encore les séquelles d’une très dévastatrice blessure subie aux Championnats canadiens à la fin des années 70.

    Une cérémonie a eu lieu à Dubai. Il sera inhumé plus tard à Perpignan.

    À la famille, notamment sa fille Stéphanie, le ski québécois offre ses condoléances.

    Direction Tremblant pour nos organisations

    Ce n’est pas parce que la saison se termine à Tremblant qu’on a fini d’y discuter de ski. Ha que non!
    La station des Hautes-Laurentides sera le carrefour des réunions de nos principales associations pour y faire le bilan 2018, élaborer les grands projets 2019 du ski de chez nous et plus encore planifier des cours de formation.

    Ski Québec alpin y tiendra au Centre des congrès de Tremblant son congrès avec ses ateliers printaniers les 1er et 2 juin.

    Lorraine Lafrenière, chef de direction des entraineurs canadiens, et François Bienzeu, physiologiste de l’Institut national des sports, sont les deux premiers conférenciers confirmés avec d’autres noms à venir bien sûr.

    En même temps ou presque, Yves Juneau, directeur général de l’Association des stations du Québec, réunira aussi ses membres à Tremblant pour les rencontres au sommet de son organisme.

    On va continuer de vous tenir informé des développements.

    En attendant le ski de printemps...

    La présentation de « l’aquaski » reviendra pour la 42e année à Val d’Irène en fin de semaine prochaine, ce qui est un record dans les activités du genre ou... presque!

    Pour stimuler le ski de printemps qui tarde vraiment avec la température qui ne réchauffe pas assez vite, allons-y avec une nouvelle de golf à propos de l’organisation Les Sommets, laquelle se lance dans le golf... en prenant la gestion des opérations aux 36 trous de Lachute.

    Source: Mario Brisebois
    Photos Crédits: inconnu