Chroniques de Mario Brisebois

  • La Chronique de Mario du 15 novembre 2018 : le vrai perdant à Calgary, rareté de neige même à la porte du pôle Nord et plus!

    En tant que chroniqueur pour Ski Québec alpin Mario Brisebois continue sa passion pour le journalisme et le ski. Dans sa carrière de journaliste pour le Journal de Montréal, Mario s’est consacré plus particulièrement au golf, au tennis ainsi qu’au ski. Il a toujours eu à cœur de soutenir la relève québécoise et nombreux sont les athlètes qui, grâce à lui, ont bénéficié d’une couverture exceptionnelle tout au long de leur développement athlétique tant chez les amateurs que chez les professionnels.

    Ainsi donc, c’est avec le pourcentage de 56,4 au référendum que Calgary a dit non cette semaine à une candidature officielle pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2026.

    Puisque le maire Naheed Nenshi avait dit dès le départ que la ville allait fonctionner selon la volonté de la population, c’est la fin de l’aventure pour la présentation 2.0 après celle de 1988.

    Le vrai perdant n’est pas tant Calgary, mais le Comité international olympique!

    Thomas Bach, médaillé d’or au fleuret à Montréal en 1976, et ses amis de Lausanne ont des raisons d’être très nerveux pour la suite immédiate.

    Avec Milan-Cortina et Stockholm qui demeurent les deux seules villes encore sur les rangs pour l’organisation dans huit ans, la marge de négociations se resserre.

    Toujours dans les mégadollars, combien de temps la télévision américaine va-t-elle encore continuer d’accepter de verser des fortunes pour montrer des compétitions en pleine nuit (avec 3 Jeux de suite : Pyeongchang en février dernier, et Tokyo et Pékin à venir) sans espoir de refaire du direct en journée avant 2030 au mieux?

    Le désistement de Calgary est quand même déjà le quatrième; après Graz (Autriche), Sapporo (Japon) et Sion (Suisse), ce qui montre là un très sérieux problème de confiance de la part des populations.

    Rareté de neige même à la porte du pôle Nord

    Même aussi haut et loin que la Laponie, là aussi il y a eu un automne trop chaud.

    La piste a été blanchie à 80 % par 400 mètres cubes de neige « entreposée » depuis le printemps dernier. L’autre 20 % a été fabriqué par le personnel en place.

    En passant, la station de Levi n’est située qu’à 150 kilomètres du Pôle Nord ce qui montre tout le sérieux de la situation.

    C’est « GO » Lake Louise

    Retour en Alberta pour affirmer que les nouvelles n’y sont pas que négatives. Après le report d’une décision en vertu de la pénurie de neige là aussi, la Fédération internationale donne son feu vert à Lake Louise.

    Grâce au retour au froid qui permettra le fonctionnement des canons à neige, ce sera un « GO » pour le lancement des épreuves de vitesse avec les gars le week-end prochain et les filles qui suivront la semaine d’après.

    Pourquoi Marie-Michèle fait la pause en slalom

    Ne vous inquiétez pas si vous ne trouvez pas le nom de Marie-Michèle Gagnon sur la liste des participantes à Levi, samedi. Elle est très bien rétablie de ses blessures de la saison passée qui lui avaient fait rater la saison presque au complet.

    Bien que l’endroit lui ait particulièrement souri avec quatre Top dix en carrière, dont une paire de 5eet 6e places en 2013 et 2014, elle met une discipline en mode « pause ».

    Dans les nouvelles qui vous ont peut-être échappé au cours de l’été, la chef de file du ski féminin au Canada a décidé de faire une croix sur le slalom qui demande de l’entraînement spécifique pour pouvoir accorder plus de temps au Super-G et à la Descente.

    Marie-Michèle maintient toutefois le slalom géant à ses activités et elle sera à Killington, au Vermont, où le cirque blanc fait un arrêt lors du Thanksgiving américain la semaine prochaine.

    À moins d’un changement, Laurence St-Germain sera, elle, à Levi.

    Travaux aériens et factures majeures à Bromont

    Dans la catégorie des gros travaux d’avant saison, il y avait des curieux à Bromont cette semaine pour y assister à un spectacle aérien.

    Un hélicoptère y était en action pour l’installation d’une remontée hybride avec cabines et chaises.

    L’appareil transportait les dix tours qui vont supporter les câbles de soutien. L’opération en s’avérait une de minutie. La mission consistait à les déposer sur les socles pour que tout soit terminé à temps pour l’ouverture prévue le 30 novembre et conséquemment la Super Série Sports Experts de retour en 2019.

    C’est (très) dispendieux la modernisation sur les pentes. On estime le prix de la facture à 10 millions de dollars sans l’hélico bien sûr!

    Source: Mario Brisebois
    Photo Crédit: The Associated Press