Chroniques de Mario Brisebois

  • La Chronique de Mario du 19 décembre 2018 : 20 ans de la Super Série Sports Experts, c’est aussi deux décennies de succès et d’estime!

    En tant que chroniqueur pour Ski Québec alpin Mario Brisebois continue sa passion pour le journalisme et le ski. Dans sa carrière de journaliste pour le Journal de Montréal, Mario s’est consacré plus particulièrement au golf, au tennis ainsi qu’au ski. Il a toujours eu à cœur de soutenir la relève québécoise et nombreux sont les athlètes qui, grâce à lui, ont bénéficié d’une couverture exceptionnelle tout au long de leur développement athlétique tant chez les amateurs que chez les professionnels.

    Trois titres aux Championnats du monde, sans compter ceux chez les juniors, de même qu’un Globe de Cristal et rien de moins que 47 présences sur les podiums de la Coupe du monde, dont 10 médailles d’or.

    Bienvenue à la Super Série Sports Experts présentée par Audi avec ce très reluisant palmarès répertorié ci-haut s’avérant être celui de ses anciens participants au fil des 20 derniers hivers.
    Le lancement est particulier cette semaine au Sommet Saint-Sauveur et au Mont-Tremblant, qui reçoivent les premières épreuves cette semaine. Il faut sortir les chandelles, car il s’agit de la 20e année de commandite de la chaîne de magasins sportifs au nom du ski québécois.

    La Super Série a apporté beaucoup à son sport, notamment le skieur le plus auréolé de l’histoire canadienne qu’est devenu Érik Guay. Mais le rayonnement est plus vaste encore.

    La Ligue junior majeure au hockey est la pépinière de la LNH, tout comme le circuit universitaire l’est pour la Ligue canadienne au football. Cela dit, Ski Québec alpin remplit, avec grand succès, son engagement et sa mission en formant des gagnants et gagnantes aussi bien ici qu’ailleurs au pays.
    Pour les amateurs d’éphémérides, le calendrier qui s’amorce jeudi pour se poursuivre jusqu’à dimanche dans les Laurentides représente un double anniversaire.

    En addition à Sports Experts, il faut ajouter les vingt ans de la première visite de Mélanie Turgeon à une tribune d’honneur de la Coupe du monde pour aller y recevoir le bronze à Sierra Nevada.

    On connaît la suite pour Mélanie avec les sept podiums et la couronne mondiale, mais de nouveau, il y a davantage qui s’ajoute.

    Durant ces deux décennies qui nous transportent de Mélanie à aujourd’hui, Marie-Michèle Gagnon (deux fois), Geneviève Simard et Dustin Cook ont tous enlevé la victoire au cirque blanc. Et mentionnons-le, tous ont effectué leur début et leur apprentissage au Québec, et entre autres lors de la Super Série, avant d’exceller à la Coupe du monde.

    Un grand succès à la fois sportif et d’estime

    Un qui s’y connaît en ski, l’ex-Crazy Canuck Ken Read a jadis encensé la Super Série à ses années à la tête de Canada alpin.

    Pendant une longue période, au moins 50 % et même souvent plus de l’équipe canadienne provenaient du programme québécois.

    À cette réussite sportive, voilà que s’ajoute celle de l’estime. En effet, ce n’est pas pour rien que chaque saison des formations d’un peu partout se déplacent au Québec. Des équipes de l’Ontario, du nord-est américain et entre huit et dix pays qui ne viendraient jamais d’aussi loin que du Japon si la réputation n’était pas si solide.

    Bref, on est parti pour un autre 20 ans!

    Où et quand pour la suite?

    Dans les autres étapes de la Super Série Sports Experts présentée par Audi, un retour suivra à Tremblant en janvier avec des arrêts à Val Saint-Côme et au Mont-Garceau en addition.

    Bromont et le Mont Sainte-Marie suivront en février et au début mars.

    Fidèle à la tradition, les finales retourneront au Relais et Stoneham pour la fin de semaine de Pâques.

    Retour dans l’histoire

    Cette semaine, ce sont les Slaloms à Saint-Sauveur et les Slaloms géants à Tremblant, où sont aussi mis à l’enjeu deux prix d’excellence.
    D’abord, la « Coupe Peter Ryan » représente un hommage posthume au fils de Joseph Bondurant Ryan, le fondateur de Tremblant, qui a trouvé la mort tragiquement en Europe en courses automobiles. C’était en 1962.

    En plus d’être un skieur doué ayant remporté le championnat des États-Unis en descente chez les juniors, Ryan fils pilotait chez Lotus avec qui il avait fait 9e au Grand-Prix des États-Unis à Watkins Glen.
    Note intéressante : Nancy Greene a remporté trois des quatre premières présentations de ce trophée.

    Avec la « Coupe Taschereau », la Coupe Kandahar-Québec, qui est en fait une cruche en argent, est une création des Red Birds, le nom du club des amis du ski de l’Université McGill, qui remonte à 1932.
    Il s’agit d’une des plus anciennes récompenses de ski au Québec et en Amérique du Nord.

    Dans un reportage remontant à 1935, on racontait notamment que « les spectatrices étaient superbes » (oui, oui c’est écrit ainsi!), qu’Herman « Jackrabbit » Johannsen, la légende décédée à 112 ans, était le chef de course et que Art Gravel, un skieur de Saint-Jovite, avait été le vainqueur en 4 minutes 38.8 secondes.

    Quel congé?

    Le mot « congé » n’existe pas dans le dictionnaire du ski. Du moins pas pendant le temps des fêtes de fin d’année.

    Après les courses de la fin de semaine à Courchevel et Madonna di Campiglio, les activités en Coupe du monde reprendront aussitôt que le 26 avec le début des entraînements chronométrés en préparation de la descente et du combiné alpin de Bormio les 28 et 29 pendant que le circuit féminin sera à Semmering, en Autriche, en même temps.

    Le 1er janvier, tout le monde sera en action à Oslo pour un slalom urbain.

    En terminant, on vous souhaite plein de bon et de bien à Noël.

    Source: Mario Brisebois
    Photo Crédit: Roger Lauzon