Chroniques de Mario Brisebois

  • La Chronique de Mario du jeudi 13 février 2020

    LES NOR-AM SUR UNE PATINOIRE COMME LE… CANADIEN, GRONDE EN COUPE DU MONDE ET PLUS

    Allons-y d'abord avec une question à savoir qu'elle était la différence entre les épreuves Nor-Am du Mont-Édouard la semaine dernière et les matchs du Canadien?

    La réponse est aucune, la pente La Desjardins y ayant été transformée en véritable patinoire pendant les cinq jours intenses de courses au plus haut niveau après la Coupe du monde.

    On me raconte qu’un soir l'organisation a arrosé la piste jusqu'à 23h15 malgré le grand froid.

    «Au total, c'est pendant 17 heures en trois jours que les bénévoles ont injecté les 400 mètres de dénivelé. D'ailleurs, le succès de ces épreuves est celui de ces gens», mentionne Daniel P. Lavallée, directeur général de Ski Alpin Québec en vantant la ferveur à la station de l'Anse-Saint-Jean, dans le Bas-Saguenay.

    Déjà que les 52 degrés de pente représentent un test, imaginiez le défi amplifié sur la glace. Dans ces conditions rehaussées cirque blanc, à peine plus d'un skieur sur trois (55 sur 141 très précisément), ont pu compléter les deux manches du slalom sur leurs deux skis.

    Très dévoué dans son engagement de relance de Ski Canada, Erik Guay a fait le déplacement. Il a aimé ce qui a vu.

    «Il faut que ce soit difficile. La plupart des skieurs sont capables quand c'est mou comme surface avec des vitesses peu élevées. C'est lorsque c’est dur, glacé et à pic qu’on voit les meilleurs skieurs», affirme le Canadien le plus auréolé de l'histoire en Coupe du monde avec 25 podiums dans une entrevue accordée à Jonathan Hudon du journal Le Quotidien.

    Dans les résultats, Simon Fournier, de Tremblant, est monté de deux fois y chercher l'argent et le bronze à son retour des Coupes du monde en Europe.

    Après la réussite des championnats U14 au Québec, ceux du Canada qui ont valu un prix d'excellence aux galas Ski Québec et Ski Canada ainsi que maintenant la réussite NorAm à l’international, quoi espérer pour la suite au Mont-Édouard?

    «Une chose à la fois», de déclarer Marie-Ève Carrier, de l’organisation, au Quotidien.

    Force admettre que la façon fonctionne très bien.

    CONTESTATION AU CIRQUE BLANC

    Lorsqu'on compare au baseball et les signaux volés et au football et les caméras cachées, le ski est un long fleuve tranquille qui l'est toutefois pas mal moins ces temps-ci.

    Loterie, mascarades et sottises sont des mots associés aux critiques sans cesse grandissantes envers la Fédé internationale qui tente d'imposer le slalom géant en parallèle.

    Le hic est que la plus forte contestation provient de haut avec Henrik Kristoffersen, Daniel Yule et Alexis Pinturault qui se fait le grand ténor.

    «Aujourd’hui, j’ai l'impression de me faire berner. Nous les athlètes, on nous prend pour des pions», est le message.

    Il n'est pas recommandé d’inviter le cousin au même party que les gens de la FIS.

    «Depuis quand la chance doit-elle avoir le dessus sur la performance? Et la dangerosité, on en parle?» rajoute-t-il.

    La suite est à ne pas manquer.

    BROMONT AUSSI SAIT RECEVOIR

    Vous direz que c'est la période de la saison et sachez que Ski Québec Alpin profite pleinement de la neige qui tombe au quotidien.

    Après le Mont-Édouard, au Saguenay, la caravane a repris la route vers les Cantons-de-l'Est, plus précisément à Bromont, pour une étape très occupée de la Super Série Sports Experts présentée par Audi de samedi à mardi prochain.

    Je vous dis que les stations savent bien recevoir.

    Le club bromontois et Charles Déjourdy, Monsieur Ski Bromont lui-même étant le propriétaire de la station touristique, préparent pas une, mais deux pistes (La Coupe du monde et la Waterloo) pour tenir simultanément des compétitions mixtes en slalom ou géant.

    Avant même le premier départ, on sait déjà qui va l'emporter. Il s'agit du ski avec huit courses en quatre jours.

    Si vous ne venez pas assister aux épreuves, apportez vos skis pour l'activité Nuit blanche, samedi.

    DE LA 1ère PLACE... À LA TABLE D'OPÉRATION

    Lorsqu'on dit tout va vite en ski, l'Allemande Viktoria Rebensburg représente la preuve, mais pas pour les bonnes raisons.

    Vingt-quatre heures après sa victoire devant son monde à la descente de Garmisch-Partenkirchen samedi, une chute en super-G le lendemain sur la même piste fait que sa saison est terminée.

    AVIS PARENTS

    À l'agenda la semaine prochaine, il y a mercredi (le 19) la séance d'informations à la polyvalente de Saint-Jérôme pour expliquer le programme ski études.

    Un chiffre intéressant est celui de 98% comme taux de réussite au secondaire V.

    VALÉRIE INSPIRE LA RELÈVE

    Il y a eu de la belle visite au Bal de neige à Gatineau. Skieuse en Coupe du monde, Valérie Grenier reste proche de son sport. Alors qu'achève sa convalescence, elle a aidé à l'initiation des enfants (cinq à huit ans) dans une activité de l'Association des stations du Québec.

    «J'ai adoré», écrit-elle. Les jeunes encore plus.

    FLOCONS DE NEIGE

    Prompt rétablissement à Michel Truchon. Il est l'opérateur de la dameuse au Mont-Bélu, à La Baie, qui a glissé dans une falaise à 3h de la nuit... Pour une très rarissime fois, il n'y pas de Coupe du monde chez les hommes en fin de semaine, les épreuves en Chine ayant été transférées jeudi et vendredi à Saalbach, en Autriche, en raison de l'épidémie coronavirus... Nos écoliers peuvent commencer à compter les dodos, la semaine de la relâche étant celle du 2 au 6 mars dans la forte majorité des régions… Directeur dans les années 1940 de l’École du Mont-Tremblant Lodge, comme on disait dans le temps, John Fripp a eu 99 ans cette semaine, comme quoi le ski garde en forme.