Chroniques de Mario Brisebois

  • La Chronique de Mario du jeudi 15 octobre

    CRAINTE «DE LA MORT DU SKI» À LA FÉDÉ ALLEMANDE SI LA SAISON ARRÊTE, MERCI AU BRAVE MANNY ET AUTRES ÉCHOS

    Quel sera l'événement le plus crucial de la saison de ski?

    Oubliez tout de suite la célébrissime classique de l'Hahnenkamm (Kitzbuhel) le 23 janvier et aussi les Championnats du monde (juste derrière les J.O. en importance), Cortina d'Ampezzo du 6 au 24 février de même que les Finales du cirque blanc à Lenzerheide (Suisse) du 17 au 21 mars.

    Covid-19 oblige, cessons immédiatement les projections parce qu'en raison de la deuxième vague de la Covid-19, les courses de l'année sont maintenant avec le lancement d'une 55e saison de Coupe du monde en fin de semaine dans la bulle de Solden, en Autriche, qui présente deux slaloms géants, samedi (filles) et dimanche (garçons) à huis clos bien sûr.

    En raison de la deuxième vague pandémique, l'impact est immense cette fois. On ne parle plus que de chronos et de podiums. Il s'agit de l'avenir qui est enjeu sans exagération.

    Directeur sportif de la Fédération allemande de ski, Wolfgang Maier, tire à deux mains cette semaine sur la manette de l'alerte générale.

    «Solden est un test pour savoir si et comment nous pouvons tenir des courses et ensuite voir si on peut tenir une Coupe du monde», affirme le dirigeant à l'AFP.

    Le résultat va décider de l'avenir de l'hiver et tellement plus encore.

    «L'essentiel est qu'il y ait des compétitions sinon 80% des Fédérations vont faire faillite et le sport d'hiver sera mort», ajoute-t-il avec chiffres à l'appui.

    Disons que l'Allemagne n'appartient pas à la catégorie des nations pauvres, mais quand même...

    Sur un budget de 37 millions d'euros de la Fédé allemande, il faut savoir que 93 % de cet argent provient des commandites et des droits-télé.

    Imaginez alors Canada Alpin avec les finances déjà trop serrées avant les annulations de non pas une, mais deux fins de semaine de Coupe du monde à Lake Louise fin novembre et début décembre.

    PAS DONNÉE LA SÉCURITÉ

    La Fédé allemande agit de façon que les bottines suivent les babines côté sécurité comme l'espère le dicton.

    C'est ainsi qu'une somme de 1,2 millions d'euros sera investie dans la logistique sanitaire pour ses athlètes et les événements.

    MANUEL OSBORNE-PARADIS VOULAIT POURSUIVRE, MAIS…

    Un que l'on ne verra pas dans un portillon est le brave Manuel Osborne Paradis. L'as descendeur et super-géantiste a officialisé au début de la semaine sa retraite après 16 ans de carrière, onze visites au podium en Coupe du monde, dont trois pour aller y recevoir l'or notamment au super-G de Lake Louise et neuf opérations à la jambe gauche.

    Âgé de 36 ans, l'athlète de Vancouver-Nord et deux fois père a trimé deux ans pour revenir de son grave accident. Il voulait se rendre aux J.O. de 2022 à Pékin, ce qui ne reviendra pas.

    C'est en voyant son coéquipier chuter violemment à Lake Louise qu'Erik Guay a décidé d'accrocher les skis.

    Merci «Manny» pour les bons souvenirs.

    RETOUR REPORTÉ

    Ne cherchez pas le nom de Mikaela Shiffrin dans les résultats.

    Après avoir pourtant confirmé son retour en Coupe du monde aussi récemment que la semaine passée, voilà que la titulaire du grand globe de cristal se retire de Solden.

    Dommage!

    L'Américaine est blessée au dos.

    LE SKI CANADIEN PERD UN OFFICIEL DE RENOM

    Les bénévoles du Québec aux Coupes du monde de Lake Louise et aux Olympiques de Vancouver ont bien connu Darrel MacLachlan décédé ces derniers jours d'un virulent cancer.

    Depuis 2001 que le disparu dirigeait les épreuves masculines Lake Louise. Il avait été chef des pistes à Vancouver.

    Toujours aux Olympiques, la Fédération internationale l'avait nommé directeur des épreuves à Sotchi en 2014.

    COUP DE THÉÂTRE

    Sans avertissement, la Fédération internationale se sépare de Sarah Lewis. La dirigeante numéro deux a été sur les rangs pour la succession à la présidence remise à l'an prochain.

    On y reviendra certainement.

    LA RENCONTRE APPROCHE

    Le compte à rebours est entrepris en prévision de «La Rencontre au Sommet Telus» le 29 octobre.

    En plus d'honorer nos as des pentes via vidéoconférence, l'événement représente la plus importante collecte de fonds au ski canadien.