Chroniques de Mario Brisebois

  • NOS OLYMPIENS QUÉBÉCOIS SCRUTÉS À LA LOUPE!

    Le compte rebours des Jeux Olympiques s'intensifie vraiment.

    En ce début de février, on ne parle plus du rendez-vous de Vancouver en terme d'années et ni de mois comme il n'y a pas si longtemps encore, mais de quelques jours pour montrer que le sprint final est Erik Guay, Julien Cousineau, Anna Goodman et tous nos autres as de la glisse.

    De fait, il s'agit d'une analyse à la loupe puisqu'on a demandé aux grands patrons de Ski-Canada de nous jaser des Québécois.

    Comment se sont-ils qualifiés? Quel est niveau de la forme? À quoi s'attendre comme résultats?

    Sans plus de préambule, allons directement aux commentaires.

    Bonne lecture!



    ERIK GUAY:

    Sans conteste le chef de file chez les Québécois avec dix podiums en Coupe du monde à son palmarès, l'as de la vitesse du Mont-Tremblant âgé de 28 ans participera aux Jeux pour la deuxième fois.
    «Erik va fort bien en super-G (6e au classement général) ce qui en fait certainement un sérieux candidat pour une médaille dans la spécialité», dit Max Gartner,grand patron de l'équipe nationale.
    «Nos entraîneurs travaillent pour le relancer en descente. La confiance revient. Erik a obtenu un résultat fort encourageant à son dernier départ. De plus, il est très à l'aise sur la piste de Whistler. Bref, tous les espoirs sont permis.»



    JULIEN COUSINEAU:



    Jeune «doyen» de la formation à 29 ans, «Cousi» est sur un nuage ayant réussi sa plus reluisante performance «à vie» en terminant 5e au slalom de Schaldming à la fin janvier.
    «Julien a toujours été très rapide, mais inconstant en ce sens qu'il peinait à compléter ses deux manches. Son travail avec une psychologue a rapporté gros. Il a élevé son ski de plusieurs crans sous la pression. Il devient un aspirant au podium à ses premiers Jeux», raconte Gartner.





    JEFFREY FRISCH:




    «L'épidémie de blessures a plus particulièrement décimé nos rangs en slalom géant avec la perte de John Kucera, Jean-Philippe Roy et François Bourque. Jeffrey (21e à Beaver Creek) s'avère donc une solution», de mentionner Gartner.
    Frisch est né en Italie. Sa mère est Montréalaise. Il a grandi dans la région de Gray Rocks.
    Âgé de 25 ans, il vivra ses premiers Jeux. Une participation en super-G également n'est pas à écarter. 






    LOUIS-PIERRE HÉLIE:


    Un départ en descente aux J.O. est possible pour le skieur de Berthierville âgé de 24 ans.
    «Nous avons six coureurs qui batailleront pour un des quatre dossards disponibles», de préciser Gartner.
    Puisque Guay, Manuel Osborne-Paradis et Robbie Dixon sont des valeurs sures, Hélie fera surtout la lutte au vétéran Jan Hudec pour sa place.
    Le super-G et peut-être le combiné demeurent deux autres ouvertures.



    RYAN SEMPLE:



    Olympien à Turin en 2006, Iil est de retour à l'équipe canadienne après avoir été retranché l'hiver dernier.
    ll a impressionné en prenant la 11e place au combiné de Kitzbuehel après la 23e èa Wengen.
    «Un top 10 de sa part n'est pas à écarter s'il parvient à pousser à fond en slalom et en descente», soutient Gartner.
    Semple a 27 ans et réside à Saint-Faustin/Lac Carré.





    ANNA GOODMAN:


    Voilà une très heureuse surprise pour tous!
    Supposément «finie» pour la saison suite à une déchirure ligamentaire au genou droit subie en Coupe du monde au début janvier, la miraculée de Pointe-Claire âgée de 24 ans aura sa chance.
    « Anna peut recommencer à skier avec une orthèse. Elle sera sous haute surveillance. Mais puisque l'opération peut attendre, elle aura son dossard si tout se déroule bien», de déclarer Robert Rouselle, gestionnaire des programmes



    BRIGITTE ACTON:



    Telle fille telle mère! Vingt-huit ans après sa mère Diane Pratte Olympienne à Sapporo, Brigitte revivra ses deuxièmes Jeux.
    À Turin, ses positions avaient été 10e (combiné) 11e (slalom géant) et 17e (slalom).
    La skieuse de Mont-Tremblant de 24 ans n'a pas pu reproduire ses performances cet hiver bien qu'elle ait multiplié les résultats sous le 20e rang.
    «Brigitte est le type de fille qui sait se surpasser lors des grandes occasions. Elle était d'ailleurs aussi dans le coup Mondiaux l'an dernier», rappelle Gartner.





    MARIE- MICHÈLE GAGNON:

    La cadette du groupe à 20 ans et championne Nor-Am 2009, elle se prépare pour sa première expérience olympique.
    Après une prometteuse 14 e place en ouverture de saison en Autriche, les sorties de tracé et les temps insuffisants l'ont empêchée de se qualifier ont été trop nombreux.
    Ski Canada espère un déblocage.
    «Marie-Michèle pour en donner davantage ( 9e en Coupe du monde l'an dernier) son talent étant indéniable», analyse Rousselle au sujet de la glisseuse de Lac-Etchemin reconnue comme «une assise solide» pour l'avenir.



    MARIE-PIER PRÉFONTAINE:


    Marie-Pier a obtenu sa promotion lorsque la Fédération internationale a augmenté le quota canadien de 19 à 22 représentants.
    Présentement classée 31e au monde en slalom géant à la liste FIS, ellea terminé 25e à Beaver Creek.
    «Les entraîneurs s'affairent à améliorer la régularité», de déclarer Kyle Marr, directeur des communications.
    Marie-Pier pourrait-elle participer à d'autres épreuves?
    Ski Canada n'a pas l'intention d'annoncer de façon officielle pour le moments qui prendra le départ dans les spécialités», de terminer Marr.